La disruption digitale, et si on faisait du droit ?