Le milieu des années 1980 a connu un phénomène de mode managériale avec la mise en avant de la culture d'entreprise comme facteur de performance. Dès lors on a vu fleurir de nombreuses initiatives d'entreprises qui se sont préoccupées de mettre en scène leur histoire au service du renforcement de la culture « maison ». Cela correspondait souvent à des anniversaires, le dernier XIXème siècle ayant vu l'émergence de nombreuses entreprises à l'occasion de la seconde révolution industrielle, par exemple dans le domaine de l'électricité ou de la chimie. Parallèlement à la suite des travaux de Chandler à la Harvard Business School, la "business history", l'histoire des entreprises ou histoire des affaires a acquis également ses lettres de noblesses dans le champ académique en particulier en France autour de la revue Entreprises et Histoire.

On a vu fleurir de nombreuses initiatives d'entreprises qui se sont préoccupées de mettre en scène leur histoire au service du renforcement de la culture "maison". 

Parmi les entreprises ayant investi sérieusement dans la recherche sur leur histoire certaines ont persisté comme Saint-Gobain qui a fêté il y a peu son 350ème anniversaire. D'autres, ayant investi la recherche sur l'histoire de leur secteur, ont parfois disparu en tant qu'entreprise indépendante, comme Pechiney un des fleurons de l'industrie française du XXème siècle. Enfin, si certaines entreprises ont disparu comme marque commerciale comme le Crédit Lyonnais, camouflé sous les initiales LCL puis avalé par le Crédit Agricole, leur patrimoine reste valorisé par des archives ouvertes aux chercheurs.

6 bonnes raisons pour les entreprises familiales d’utiliser leur histoire

 Il y a de nombreux usages de l'histoire et nombreux sont ceux qui sont tentés de la mobiliser dans des buts divers comme le montrent les débats actuels autour du roman national ou de l'excellent ouvrage dirigé par Patrick Boucheron, Histoire mondiale de la France (Seuil, 2017). Pour l'entreprise familiale, deux usages possibles, au sein de la famille, de l'entreprise ou à l'extérieur de celle-ci.

Intégrer et renforcer les liens

Au sein de la communauté familiale, l'histoire peut être utilisée pour intégrer de nouveaux venus, comme les conjoints ou les plus jeunes (les NextGen). Elle peut servir à renforcer les liens entre les générations ou vers les branches plus ou moins éloignées de la famille. Cela peut être étendu aux managers et aux dirigeants non familiaux ou aux employés des Family Office pour s'assurer de leur bonne compréhension des attentes de leurs parties prenantes principales.

Susciter l’engagement

Il existe également un fort potentiel de création de valeur à mobiliser l'histoire pour créer un engagement chez les collaborateurs de manière générale, faciliter le transfert de connaissances en formalisant les pratiques spécifiques à l'entreprise pendant la formation. L'entreprise familiale est un milieu particulier au sein duquel les individus valorisent souvent l'idée de "travailler pour quelqu'un" plutôt que pour des actionnaires anonymes ou des dirigeants "mercenaires" peu attachés à l'organisation. Enfin, l'entreprise familiale, plus que d'autres, est très fréquemment rattachée à un territoire, à un espace physique, la région, le village, l'usine. L'entreprise familiale marque de son histoire un espace concret, par ses bâtiments et ses infrastructures. L'architecture est un levier fort de transmission patrimoniale et symbolique, voire même d'exploitation directe dans le cadre du tourisme industriel.

S’adapter à l’environnement

Pour la famille et pour l'entreprise, l'histoire permet aussi de répondre aux attentes et aux exigences imposées à l'organisation par son environnement afin de s'engager avec les parties prenantes externes. Les clients bien sûr mais aussi les partenaires prestataires de service ou fournisseurs et les communautés locales.

Construire le présent et le futur

L'histoire n'est pas seulement le passé. Afin d'élaborer une stratégie efficace, les membres de la famille et les dirigeants doivent comprendre les contraintes et les opportunités liées aux voies de développement suivies précédemment par la famille et l'entreprise. Ce que les théoriciens appellent "la dépendance de sentier"[1] est un élément central de la réflexion stratégique.

Persuader, Communiquer

La valeur de l'histoire en tant que ressource stratégique repose en grande partie sur sa capacité à évoquer et à persuader. Le plus souvent, l'histoire crée cette persuasion efficace à travers l'effet "pedigree", celui produit par le sentiment d'une lignée obtenue à partir d'une présence de longue date dans les affaires. Cette fameuse enseigne "banque fondée en..." qui souligne la résilience et le sérieux et donne confiance à l'épargnant.

Produire

Les entreprises familiales durables peuvent utiliser efficacement l'histoire pour promouvoir leurs services et leurs produits grâce à des récits historiques d'une part, mais également à la rétro-conception ou au relancement de modèles emblématiques.

Comment les entreprises familiales en font toute une histoire ?

Avant d’être une ressource, l’histoire est le fruit d’une construction. Pour autant, il est difficile de faire une généralisation quand à la manière dont les entreprises familiales élaborent leur histoire. Certaines familles ont une attitude très informelle vis-à-vis de la transmission et elles le font d'individus à individus. Ce processus favorise la transmission de récits quasi mythologiques entre les générations, en mettant l'accent sur des moments héroïques ou des tournants. Il dépend fortement de la mémoire personnelle et n'est pas à l'abri de l'oubli sélectif.

Quand les entreprises et les familles s'étendent, ou deviennent multi-générationnelles, avec de nombreux cousins par exemple, elles ont tendance à être plus professionnelles dans le processus. Elles font appel à un archiviste pour trier les documents d'archives et éventuellement un historien professionnel pour rédiger une histoire problématisée. En effet, il est important d'étudier rigoureusement l'histoire de la famille et de l'entreprise. Un historien professionnel ne sera pas impliqué dans la dimension émotionnelle et aura plus de réflexivité face aux évènements historiques et à l'archive. L'historien est capable, de part sa formation scientifique, de contextualiser, de mettre les différents événements dans une perspective plus large (l’industrie, le territoire, l'évolution technologique ou celle des mœurs ou des habitudes de consommation). Il peut par ailleurs faire le lien entre les développements survenus au sein de la famille et la stratégie de l'entreprise.

Pour autant les entreprises et les familles peuvent être tentées de souligner, de réinventer et même de créer un récit historique pour l'instrumentaliser. Il faut comprendre qu'il existe une forte différence entre le passé (l'ensemble des évènements ayant eu lieu avant aujourd'hui), la mémoire (ce qui reste dans les esprits) et l'histoire.

L'histoire est une «construction sociale et rhétorique qui peut être façonnée et manipulée pour motiver, persuader et encadrer les actions à l'intérieur et à l'extérieur d'une organisation» (R. Suddaby). Dans cette optique, l'écriture de l'histoire est hautement politique et stratégique au sein de la famille et de l'entreprise. Cette écriture change avec le temps et dépend des préoccupations actuelles des personnes qui contrôlent cette histoire et de leur vision pour l'avenir.
 

L'histoire est un matériau très plastique

Les entreprises familiales ont été étudiées dans leur utilisation du passé en tant que ressource stratégique et pour développer leur patrimoine de marque ou d'entreprise. À cet égard, l'histoire peut être considérée comme une source d'avantage compétitif. Plus précisément, une histoire de l'entreprise écrite dans un contexte de succession mettra l'accent sur le changement. Il convient aussi de faire leur place aux mentalités et aux priorités du moment. Ainsi, les familles au milieu du vingtième siècle s'intéressaient beaucoup moins à l'environnement, à la durabilité ou aux opportunités professionnelles pour les femmes au sein de l'organisation. Les échecs sont également rarement mentionnés. C'est dommage car les entreprises peuvent apprendre beaucoup d'une autopsie rigoureuse d'un projet avorté ou d'une aventure coûteuse !

Naturellement, les familles changent beaucoup avec le temps et la définition de ce qui appartient à l'histoire de la famille fait l'objet de débats. Dans une récente exposition consacrée à l'histoire d'une entreprise familiale, certains cousins ont été retirés de l'arbre généalogique parce qu'ils avaient vendu leurs parts dans l'entreprise après une querelle familiale... L'histoire est un matériau très plastique.

 

 

En Savoir plus

Il nous paraît important d'en savoir plus sur les interactions entre l'histoire et la stratégie dans les entreprises familiales. Les historiens sont peu habitués à une recherche conjointe avec des chercheurs en gestion ou en entreprise familiale. C'est pourquoi le Family Business Center de l'Edhec Business School a intégré l'histoire comme l'un de ses objectifs de recherche.
Il existe peu d'études sur l'influence mutuelle entre les émotions et l'histoire et leur impact sur la viabilité des entreprises familiales. Les 11 et 12 mai prochains, le Family Business Centre organise une conférence internationale rassemblant des historiens, des entreprises familiales, des praticiens et des chercheurs pour partager et connaître ce sujet.

Pour avoir plus d’informations sur la Conférence Entreprises Familiales EDHEC 2017, rendez-vous sur la page de l'événement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[1] Une théorie expliquant comment un ensemble de décisions passées peut influer sur les décisions futures.