Executive Education

Expert Talk – Philippe Foulquier : Quand la finance éclaire la prise de décision

Le parcours de Philippe Foulquier, PhD, Professeur de Finance, Directeur de l’Executive MBA de Paris, Directeur du Centre de Recherche en Analyse Financière, est marqué par de constants allers…

Temps de lecture :
12 déc 2018
Partager

Le parcours de Philippe Foulquier, PhD, Professeur de Finance, Directeur de l’Executive MBA de Paris, Directeur du Centre de Recherche en Analyse Financière, est marqué par de constants allers-retours entre mission en entreprise d’un côté, et recherche et enseignement de l’autre. À la fois ancré dans la réalité opérationnelle du business et en réflexion constante sur les défis financiers de demain, il revient sur l’importance stratégique de maîtriser les grands enjeux de la finance, pour les cadres dirigeants d’aujourd’hui.

Pour quelle raison la finance est-elle plus que jamais une discipline clé pour tout cadre dirigeant ?

Dans le passé, en particulier pour les entreprises non cotées, la finance était au service de la stratégie et était uniquement sollicitée pour s’assurer que l’entreprise ait les moyens financiers de ses ambitions stratégiques. Le Directeur financier était un expert, le seul à maîtriser ces sujets dans l’entreprise. Mais depuis la crise de 2008, tout a changé. Les entreprises ont désormais davantage besoin de se pencher sur les problématiques d’allocation optimale des ressources (fonds propres et dettes), de performance et de rentabilité. La finance est devenue de ce fait un sujet transverse, que les directeurs de Business Units ou DG ont besoin de s’approprier.

"Avec la crise de 2008, la rareté des financements a contraint les entreprises à se pencher davantage sur les problématiques d’allocation optimale des ressources, de performance, de création de valeur, de rentabilité."

 

Qu’attendent donc ces professionnels d’une formation telle que l’EMBA de l’EDHEC ?

Les cadres dirigeants – ainsi que les entrepreneurs – d’aujourd’hui cherchent une formation généraliste qui leur permette de développer une vision à 360 degrés de l’entreprise, liant stratégie, finance, marketing, supply chain... Leur but n’est pas de devenir des experts de la finance mais de comprendre le pilotage global de l’entreprise et de s’approprier les outils de mesure de performance et d’allocation optimale des ressources. Souvent, ils ont tendance à réfléchir principalement en termes de marge – or les crises récentes ont montré les limites d’un tel raisonnement. Grâce à l’EMBA, ils appréhendent le triptyque de la création de valeur, marge-rentabilité-risque, et développent ainsi l’approche « bilancielle » et risque de la performance, qui ouvre résolument la voie à de nouvelles approches stratégiques.

 

Comment abordez-vous ces sujets au cours du programme ?

Tout commence par un jeu très intuitif : un participant crée une entreprise et, pendant 3h, l’ensemble des participants joue le rôle d’investisseurs en lui adressant des questions afin de savoir dans quelles conditions ils accepteraient de financer une levée de fonds… à mesure qu’ils se familiarisent avec tout le vocabulaire spécifique, l’aura d’expertise que l’on affixe souvent aux directeurs financiers est démythifiée.

Ainsi, en plus des 60 heures de cours de stratégie, l’EMBA offre 30 heures de comptabilité et analyse financière, 30 heures de corporate finance et 24 heures de contrôle de gestion. En outre, les participants intéressés peuvent également suivre une option dédiée aux marchés financiers.

"Les participants à l’EMBA s’approprient le triptyque de la création de valeur, marge-rentabilité-risque, et développent ainsi l’approche indispensable « bilancielle » et risque de la performance, qui ouvre la voie à de nouvelles approches stratégiques."

Quel est l’objectif final de ces différents cours et modules ?

L’objectif est d’appréhender les implications financières de tout choix stratégique. D’ailleurs, la quasi-totalité des participants développe dans leur consulting project (mémoire individuel de fin de programme mené avec l’entreprise de leur choix), la dimension financière dans leurs préconisations stratégiques, opérationnelles, commerciales, etc. afin de s’assurer que ces dernières soient pertinentes en termes de création de valeur. C’est la démonstration qu’ils se sont naturellement appropriés la vision globale du pilotage d’une entreprise. La finance vient donc désormais leur apporter un nouvel éclairage à leur prise de décision.

 

Pour plus d’information sur l’Executive MBA de l’EDHEC à Paris et à Lille, n’hésitez pas à nous contacter : [email protected].

______

Consulter aussi les articles
"Execuive Briefing: Quelle disruption pour les paradigmes de la performance financière
"Executive briefing: Questioning the paradigms of financial performance in the age of disruption"

______

Autres articles qui pourraient
vous intéresser

27.05.2024 - EDHEC
Rentrée 2024 : 22 nouveaux professeurs rejoindront l’EDHEC Business School
Le rythme fixé par l’ambitieux plan stratégique 2020-2025 de l’EDHEC a déjà été…
24.05.2024 - Executive Education
L’EDHEC 2e école française sur les programmes inter-entreprises
Les programmes inter-entreprises pour dirigeants et managers de l’EDHEC dans le…
17.05.2024 - EDHEC
Classements du Financial Times : les programmes inter-entreprises de l’EDHEC intègrent le Top 5 mondial
En progression dans les classements de la formation continue du Financial Times…