Témoignage
   |
Executive Education

My Story – Claire Coquerel : Développer ses compétences managériales et s’approprier une vision globale du business avec le programme manager de l’EDHEC

Claire Coquerel a suivi l'Executive Master Business & Management de l’EDHEC, dans son format hebdomadaire sur le campus de Lille. Voici son témoignage

Temps de lecture :
29 oct 2020
Partager

Claire Coquerel a intégré le Cycle Supérieur de Management de l’EDHEC (aujourd'hui Executive Master Business & Management) en septembre 2016, dans son format hebdomadaire sur le campus de Lille. À l’époque, elle souhaite développer ses compétences managériales pour accéder à de nouvelles responsabilités au sein de son entreprise. Mais le programme a l’effet d’un révélateur : de mois en mois, elle réalise que son projet professionnel n’est peut-être pas celui qu’elle imaginait. Comment cette formation pour manager lui a-t-elle permis de transformer sa carrière ? Retour sur expérience

 

Quelle était votre situation professionnelle au moment où vous avez intégré ce programme business & management ?

J’étais responsable supply chain pour un groupe américain du secteur de la métallurgie. J’avais la charge de la distribution pour l’industrie, l’une des branches de notre activité. Je dirigeais les équipes qui géraient les commandes clients, y compris pour les grands comptes, mais aussi l’approvisionnement et la distribution à l’international. 

 

Pourquoi avez-vous décidé de suivre une formation ?

Au sein du groupe, nous avons fait face à un plan social d’envergure qui a entraîné la fermeture de certains sites logistiques, y compris celui que je dirigeais. À la suite de cette réorganisation, ma hiérarchie m’a proposé un poste de plus haut niveau, qui incluait notamment la direction France pour deux branches d’activité. Cela faisait déjà un moment que je pensais à reprendre mes études et, à ce moment-là, une opportunité concrète se présentait : l’envergure du poste imposait de compléter mon expérience et de développer mes compétences managériales dans des champs tels que la finance, le juridique, la stratégie d’entreprise. J’ai donc profité de ce changement de poste pour faire ma demande de formation auprès de ma direction. 

 

Pourquoi avez-vous choisi l’EDHEC, et plus particulièrement son programme manager, le programme business & management ?

J’ai effectué des recherches, accompagnée par un organisme spécialisé. Ce dernier m’a proposé plusieurs écoles et programmes qui correspondaient à mes critères. J’ai choisi ce programme Manager de l’EDHEC pour son contenu global, qui me semblait être le plus adapté à mon projet d’évolution. Le fait que la formation se déroule en présentiel a également joué un rôle décisif, car le campus de l’EDHEC à Lille se situe à proximité de mon lieu de vie et me permettait de gérer au mieux l’équilibre pratique entre mon travail, ma formation et ma vie personnelle. L’excellente réputation de l’école est également entrée en jeu. 

 

Comment avez-vous convaincu votre hiérarchie de vous permettre de reprendre vos études et de vous accompagner dans le financement de votre formation ?

Dans le contexte du plan social, le groupe mettait l’accent sur notre besoin collectif de changement et de renouveau. J’ai donc saisi cette opportunité pour valoriser mon projet. J’ai constitué un argumentaire montrant tout l’intérêt de former le personnel encadrant, pour le rendre à la fois plus efficace et plus ancré dans la modernité – car autour de moi, la majorité des cadres étaient en poste depuis de nombreuses années. J’ai expliqué que développer mes compétences managériales me permettrait d’entretenir une certaine vivacité d’esprit, une forme de créativité et d’innovation. J’ai également souligné que la formation contribuait à l’épanouissement personnel, un atout non négligeable dans le contexte social difficile dans lequel nous évoluions. A priori, ces arguments ont fonctionné. 

 

Quelle dimension du programme vous a le plus marquée ? 

Le programme dans sa globalité a été une aventure extraordinaire, mais la richesse du contenu m’a particulièrement marquée. Tout d’abord, cela faisait un moment que j’avais quitté le milieu universitaire et, à 47 ans, j’ai été époustouflée de découvrir le fossé qui existait entre ce que je connaissais au sein de mon univers professionnel et les nouvelles connaissances et compétences managériales, que l’on pouvait acquérir. J’en retiens notamment l’importance de l’équilibre entre compétence, expertise et qualités managériales. Les nombreux échanges avec nos pairs au sein de la promotion m’ont aussi beaucoup marquée et nourrie. Nous avions la chance de venir d’univers très différents : cette diversité vaut tout l’or du monde. 

 

Quel conseil donneriez-vous aux managers et futurs managers qui s’apprêtent à démarrer le programme ? 

Mon premier conseil serait de s’imposer une discipline de travail régulière. Car se lancer dans une formation diplômante en management telle que le programme Manager est un choix fort, un véritable engagement personnel et professionnel. Je conseillerais aussi de profiter de cette opportunité pour côtoyer les autres au maximum, échanger, partager les points de vue et les expériences… Il faut saisir cette chance de grandir et de se cultiver. 

 

Quelle a été votre trajectoire à l’issue du programme, et quel poste occupez-vous aujourd’hui ? 
Comment la formation a-t-elle contribué à cette évolution ?

Aujourd’hui je suis consultante en supply chain management chez Dialog Conseil, un cabinet spécialisé dans ce domaine. Lorsque j’ai démarré le programme, je n’avais pas du tout le projet de changer ainsi de métier. Mais au bout de quelques mois, j’ai réalisé que certaines dimensions me plaisaient particulièrement : la transmission par exemple, le partage, l’échange. Des aspects que je ne pratiquais pas beaucoup auparavant. Le coaching et le projet de consulting ont joué le rôle de révélateurs : j’ai compris que j’avais besoin de nouveauté. Mon nouveau métier consiste à me rendre chez les clients pour réaliser un diagnostic d’entreprise précis, proposer des axes d’amélioration et accompagner le client pour la mise en place. Lorsque l’on parle de supply chain, on pense essentiellement à la logistique. Mais en réalité nous réalisons un diagnostic complet : la supply chain implique l’analyse des flux physiques, informatiques et financiers à toutes les étapes, depuis l’entrée de la commande client jusqu’à la livraison. Cela nous oblige à avoir une vision globale : c’est dans le cadre du CSM que j’ai pu m’approprier cette nouvelle manière, plus transversale, d’aborder le business. 

 

Comment s’est passé le coaching, plus spécifiquement ? 

Au départ, je n’avais rien préparé et je ne savais pas particulièrement à quoi m’attendre. Comme j’envisageais simplement d’évoluer vers d’autres fonctions, je ne venais pas avec un besoin spécifique. Mais tout l’art du coach est de vous faire subtilement prendre de la hauteur par rapport à une situation dans laquelle vous vous pensez confortablement installés, pour réaliser que cela ne vous convient pas. Ces séances m’ont littéralement fait l’effet d’une claque. J’ai fait le bilan de mon parcours et réfléchi à la direction dans laquelle je voulais m’orienter – une démarche intellectuelle qui n’a rien d’évident au départ. Ce faisant, j’ai notamment réalisé que la prise de mon nouveau poste avait des inconvénients que je n’avais pas anticipés. Petit à petit, j’ai décidé de quitter mon entreprise, sans avoir d’alternative mais avec l’envie de changer d’horizon. Quelques mois plus tard, tout s’est concrétisé. Trois mois après l’examen final du CSM je commençais mon nouveau travail. 

 

Vous aviez déjà détaillé votre expérience du projet de consulting dans un précédent entretien. Comment la résumeriez-vous ? 

Ce projet est un véritable engagement, car la personne qui nous confie la mission attend un rendu complet et sérieux. C’est l’occasion ou jamais de tester ce que l’on a appris, mais aussi de sortir de sa zone de confort. J’ai dû me confronter à des domaines dans lesquels je n’étais pas toujours à l’aise, comme la finance. Mais grâce à une équipe constituée de camarades aux compétences complémentaires, le projet a été mené à bien de manière efficace. 

 

Quels outils, compétences managériales et méthodes acquis au cours du programme Manager utilisez-vous le plus au quotidien ?

J’utilise quasiment tout ce qui nous avons appris et mobilise l’ensemble de mes compétences managériales, sans exception. La démarche de consulting intègre autant de la gestion de projet que du diagnostic, avec la nécessité de comprendre autant les sujets de stratégie d’entreprise que les sujets juridiques, ou les aspects de Ressources humaines. Par ailleurs, l’accompagnement au changement est une dimension clé de mon travail : la maitrise du management dans sa globalité est donc indispensable.  

Donnez un nouvel élan à votre carrière et réalisez votre potentiel managérial

Avec l’Executive Master Business & Management de l’EDHEC, vous

  • Actualisez vos connaissances et développez vos compétences.
  • Bénéficiez d’un apprentissage concret à l’impact opérationnel immédiat.
  • Valorisez votre expérience professionnelle avec un diplôme d’une grande école.

Téléchargez la brochure pour en savoir plus

Autres articles qui pourraient
vous intéresser

17.06.2024 - Executive Education
L’impact transformateur de l'Action Learning à l'EDHEC Executive Education
Réinventer le leadership avec l’apprentissage par l’action 
13.06.2024 - EDHEC
« Générations 2050 » : l’EDHEC lance son nouveau plan stratégique 2024-2028
Le 13 juin 2024, l’EDHEC Business School a lancé « Générations 2050 », son…
27.05.2024 - EDHEC
Rentrée 2024 : 22 nouveaux professeurs rejoindront l’EDHEC Business School
Le rythme fixé par l’ambitieux plan stratégique 2020-2025 de l’EDHEC a déjà été…