Témoignage
   |
Executive Education

My Story – Émilie Bouguenara : "Avec le Cycle Supérieur de Management, j’ai développé et structuré mes compétences managériales"

Émilie Bouguenara a intégré le Cycle Supérieur de Management de l’EDHEC (CSM) en septembre 2015. À l’époque, elle entend profiter d’un moment de transition professionnelle pour faire le point sur son…

Temps de lecture :
2 fév 2021

Émilie Bouguenara a intégré le Cycle Supérieur de Management de l’EDHEC (CSM) en septembre 2015. À l’époque, elle entend profiter d’un moment de transition professionnelle pour faire le point sur son parcours, développer ses compétences managériales et construire un avenir aligné avec ses valeurs. Quel a été l’impact de cette formation diplômante en management sur son parcours ? Que retient-elle de son expérience à l’EDHEC ? Entretien.  

 

Quelle était votre situation professionnelle avant d’intégrer le Cycle Supérieur de Management?

Je travaillais depuis une quinzaine d’années dans l’administration des ventes. J’avais commencé comme assistante commerciale, puis comme responsable dans de petites entreprises. Quelques temps avant d’intégrer le CSM, j’étais responsable de la logistique et de l’administration des ventes chez Design Mobilier Bureau, une TPE spécialisée dans la distribution de mobilier de bureau. Je gérais les livraisons depuis l’entrepôt, les commandes d’achats auprès de nos fournisseurs et les contrats commerciaux avec nos clients.  

 

Quel élément déclencheur vous a décidé à suivre une formation?

L’élément déclencheur est venu de ma vie personnelle. Mon mari a été muté dans une région différente et ce déménagement m’a obligée à quitter mon poste. J’ai profité de ce moment de transition pour me poser des questions : j’avais un bagage professionnel riche et l’expérience de secteurs différents, mais aussi certaines connaissances et outils qui me manquaient, notamment en stratégie et management. J’avais envie de développer mes compétences managériales, mais surtout de prendre le temps de me demander ce que je voulais faire pour la suite de ma carrière : continuer l’administration des ventes ou m’orienter vers un autre domaine ? J’ai décidé de saisir l’opportunité de cette transition pour me former.  

 

Pourquoi avez-vous choisi l’EDHEC, et plus particulièrement son Programme Manager?

J’ai d’abord regardé du côté des formations universitaires, mais elles se sont révélées trop longues. Comme je n’avais pas ce temps, je me suis rapidement dirigée vers les business schools. Avec un calendrier sur 10 mois et un projet de consulting très opérationnel, le CSM m’a tout de suite semblé être la meilleure solution pour moi. J’ai beaucoup échangé au sujet de ma situation et de mes ambitions avec les conseillers de l’EDHEC, ce qui m’a permis de m’assurer que le programme correspondait à mes attentes et à mes besoins. Comme, en plus, l’EDHEC est reconnue pour la qualité de son enseignement, je n’ai pas hésité longtemps.  

 

Quelle dimension du Cycle Supérieur de Management vous a le plus marquée?

Ce qui m’a le plus marquée c’est non seulement la qualité de l’enseignement – en particulier en stratégie – mais surtout la dimension pratique de ces apprentissages, qui reposent sur de nombreuses études de cas et mises en situation. Cette articulation constante entre théorie et pratique nous a permis de nous approprier pleinement les compétences managériales acquises, en reliant ce que nous apprenions à notre réalité opérationnelle présente ou passée. Le partage d’expérience et les échanges avec les autres participants se sont également révélés passionnants. Nous avons vécu des moments forts ensemble, y compris des moments d’émotion ! 

 

Quel conseil donneriez-vous aux futurs participants?

Mon conseil serait précisément de partager. Soyez à l’écoute, échangez avec les autres, nourrissez-vous de leurs expériences et de leurs points de vue.  

 

Quelle a été votre trajectoire à l’issue du programme ?

Aujourd’hui, je suis Sales support manager chez Ontex Santé France, un fabricant de dispositifs médicaux qui fait partie d’un grand groupe international. J’ai intégré l’entreprise comme responsable d’une équipe de commerciaux sédentaires en charge des méthodes, du plan d’action commercial, de l’alignement de la force de vente et du développement du business. Au bout de deux ans, ma direction m’a proposé d’évoluer et j’ai accédé à mon poste actuel. Je soutiens une équipe répartie entre la France, la Belgique et le Luxembourg, et je travaille avec des groupes projets à l’échelle européenne. Je suis désormais impliquée dans des décisions stratégiques avec la direction commerciale, j’élabore des plans d’action commerciale avec toute la direction des ventes et je coordonne l’activité avec les services support en logistique, finance ou marketing. Ces responsabilités me permettent de mettre en pratique tout ce que j’ai appris au fil de ma formation.  

 

Comment le CSM a-t-il contribué à cette évolution vers de nouvelles responsabilités?

Le programme m’a permis de me recentrer sur mes valeurs. De mois en mois, j’ai compris que j’avais besoin d’orienter mes recherches en fonction de ce en quoi je croyais. Le coaching a largement nourri ma réflexion, mais j’ai aussi beaucoup appris de certaines discussions avec Martine Caffiaux, directrice du CSM, au sujet de l’entreprise libérée notamment. Une fois diplômée je savais exactement où je voulais aller, vers quel type d’entreprise je souhaitais m’orienter. La société pour laquelle je travaille aujourd’hui est pleinement alignée avec mes valeurs.  

 

Quels outils, compétences managériales et méthodes acquis au cours du CSM utilisez-vous le plus au quotidien?

Le CSM m’a permis de structurer et de développer mes compétences managériales, y compris en ce qui concerne le management et le développement commercial. Grâce à cela, lorsque j’ai pris mes nouvelles fonctions, j’ai été en mesure d’accompagner immédiatement les équipes commerciales.  

 

Que retirez-vous du projet de consulting que vous avez réalisé dans le cadre du programme?

Il a été important, et c’est un très bel outil sur un CV. De mon côté, j’avais écouté les propositions de sujets des participants qui souhaitaient réaliser le projet au sein de leur entreprise. L’un d’entre eux m’avait proposé de le rejoindre, car il savait que je m’intéressais à l’entreprise libérée et à des méthodes de management particulières. Son projet portait sur une question très stratégique et demandait la réalisation d’un beau diagnostic interne sur l’organisation, cela m’a tout de suite intéressée. Nous avons été rejoints par un troisième co-équipier et nous nous sommes lancés. C’était une belle expérience. Comme l’un d’entre nous travaillait dans l’entreprise que nous analysions, notre point de vue externe avait une valeur particulièrement essentielle – c’est tout l’intérêt du consulting.  

 

Quels conseils spécifiques donneriez-vous aux futurs participants quant au projet de consulting?

Je pense qu’il est essentiel non seulement de choisir un thème qui vous intéresse mais aussi de bien construire votre équipe. Et d’écouter les conseils de Martine Caffiaux ! Ils sont précieux. L’un de ceux que je donnerais aux futurs participants serait de ne pas chercher à brûler les étapes. Pour réussir ce projet, il faut suivre la méthodologie développée en cours et se fixer des jalons pour avancer efficacement dans son diagnostic. L’autre défi est de bien s’entendre avec ses co-équipiers. Pour être certains d’avancer dans la même direction, il est indispensable d’être à l’écoute et de communiquer.  

 

Comment avez-vous géré la charge de travail liée au programme?

Il ne faut pas la sous-estimer, c’est certain. S’engager dans un programme de formation demande de l’organisation. Avec mes camarades de promotion nous nous efforcions de profiter au maximum des journées où nous étions sur le campus de l’EDHEC, en restant quelques heures de plus pour travailler après les cours. Nous avons beaucoup collaboré à distance, aussi. Travailler les soirs et les week-ends est indispensable. C’est un choix qui engage vos proches, il faut y penser dès le départ. Nous nous sommes tous sentis libérés lorsque le programme s’est terminé, mais fiers aussi de la transformation accomplie : le challenge en vaut très largement la peine !  

 

Vous souhaitez développer vos compétences managériales ? Pour plus d’informations sur le Cycle Supérieur de Management de l’EDHEC, contactez-nous : [email protected]

Autres articles qui pourraient
vous intéresser

02.12.2022 - EDHEC
Florian Berg (MIT) : Navigating the world of ESG ratings
EDHEC Speaker Series “The Future of Finance” - conférence en ligne Avec…

Lire la suite

Vote down!

You voted ‘down’

Partager
01.12.2022 - Executive Education
EDHEC Executive Education lance sa nouvelle formation en management, l’Executive Master Business & Management
Vingt ans après la création de sa première formation pour managers, le Cycle…