FAMILEAT : la start-up qui livre en France des plats cuisinés destinés aux familles !

Publié le 07 avril 2020.


  • Depuis combien de temps FAMILEAT existe ? Quel est votre métier ?

FamilEat a fêté ses deux ans en février dernier !

J’ai créé FamilEat avec ma grande sœur Mélanie pour cuisiner et livrer des plats frais, savoureux et familiaux partout en France à destination des chargés de famille pour qui le dîner du quotidien est un réel défi mais aussi des seniors et des personnes à mobilité réduite qui ont besoin d’une aide alimentaire quotidienne. Nos plats sont vendus sur notre site www.famileat.fr et livrés 2 fois par semaine dans toutes les régions de France. Nos recettes sont confectionnées par un Chef de la gastronomie française, Bertrand Guéneron, et nos plats sont faits comme à la maison à partir de produits frais et de saison.

En plus de permettre à nos clients d’accéder à des plats bons pour la santé et de les aider dans leur organisation du quotidien, nous sommes engagés contre le gaspillage alimentaire puisque nous cuisinons exclusivement à la commande. Nous avons développé une livraison éco-responsable qui n’utilise pas de camion frigorifique et nous donnons la primeur aux circuits courts.

Nous sommes donc entrepreneurs, e-commerçants, cuisiniers et logisticiens !

  • Comment et pourquoi répondez-vous particulièrement à un besoin pendant la période de crise liée au Corona virus ?

Notre ambition est d’apporter un nouveau service de livraison de plats aux français pour proposer une alternative de qualité aux plats industriels, aux plats des collectivités locales et aux surgelés. Les consommateurs souhaitent aujourd’hui consommer des produits frais, de saison et de bonne qualité et ils souhaitent connaître la provenance des ingrédients. Ils sont aussi prêts à se faire livrer leur repas à domicile pour gagner du temps sur les courses et la préparation des repas du quotidien. Notre service est particulièrement pertinent puisque nous livrons partout en France, en milieux urbains mais aussi en banlieue de grandes villes et en zones rurales où il n’existe pas de livraison de repas à domicile.

En ce moment, on conseille à la population de rester chez soi et d’éviter au maximum les sorties, en particulier pour les personnes fragiles. Nous avons donc énormément de demandes de livraisons, de la part de nos clients fidèles mais aussi de nouvelles familles, de personnes âgées et de personnes passant commande pour leurs parents ou leurs grands-parents. Se faire livrer permet d’éviter les contacts des courses en supermarché.

  • Peux-tu quantifier l’augmentation de votre activité depuis le début de la crise ?

En deux semaines, nous avons doublé le nombre de commandes et de plats à préparer et on s’attend à tripler, voir plus dans les prochaines semaines puisque le nombre de demandes augmente chaque jour. Nous avons finalisé en urgence des partenariats avec des résidences de personnes âgées qui nous avaient contactés avant la crise et qui se font livrer leur repas chaque semaine, ce qui nous permet de dire que cette hausse n’est pas temporaire et que le volume de commandes ne chutera pas après le confinement.

  • Quelle organisation avez-vous mis en place ? Quelles mesures sanitaires avez-vous du adapter ?

Afin de pallier à l’augmentation du nombre de commandes, nous avons dû changer de cuisine pour en trouver une plus grande, nouer un partenariat avec un nouveau transporteur pour assurer nos livraisons, acheter du matériel (comme des frigos) pour faire face à l’augmentation de la demande et continuer à gérer les demandes entrantes, et cela avec la même équipe de 5 personnes !

Nous avons bien sûr renforcé les mesures d’hygiène pour le personnel et les clients : les mesures d’hygiène en cuisine sont déjà très strictes mais nous avons augmenté le nombre de nettoyages, imposé le port de masques et de gants sanitaires et nous avons mis en place la livraison sans contact comme l’ensemble du secteur de la livraison.

 

 

 

 

  • Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

L’équipe est à fond ! On se relève les manches pour réussir à tout faire. Nos deux super stagiaires sont en télétravail et font office de tours de contrôle pour gérer les appels entrants, les partenariats, les réseaux sociaux et les relations clients. Les cuisiniers sont mobilisés et concentrés pour réussir à produire bien plus de plats que d’habitude en à peu près le même temps. Le contexte fait que l’on ne peut pas vraiment recruter en ce moment pour pallier à cette augmentation de volume. Mélanie et moi gérons tout ça au milieu. Mais il faut dire qu’il y a une certaine solidarité, à Rungis et dans le secteur, entre les gens qui travaillent pendant cette période. C’est important de se serrer les coudes, ce n’est pas tous les jours facile de continuer alors que tout le reste est arrêté.

  • Quels sont les retours de vos clients ?

Nos clients sont ravis, ils voient bien que l’on fait ça pour eux et sont extrêmement reconnaissants. C’est souvent un plaisir de les avoir au téléphone et d’entendre leurs encouragements, surtout lorsque nous livrons des personnes isolées ou en difficulté. Le repas est une chose importante de nos vies de tous les jours et nous sommes heureux de pouvoir proposer des repas de qualité à nos clients. Leurs retours sont souvent ce qui nous donne envie de ne rien lâcher pour eux !

  • Comment envisagez-vous les prochaines semaines ?

Les prochaines semaines risquent d’être aussi assez intenses puisque nous avons de nouvelles résidences de personnes âgées qui font appel à nous et que le nombre de commandes ne risque pas de diminuer. Mais ça sera sûrement moins brutal que la semaine dernière !

  • Et l’après crise ?

Pour l’après crise, nous reprendrons notre roadshow de levée de fonds là où nous l’avions laissé début mars, c’est-à-dire à la finalisation du tour de table. On espère que le fait d’avoir doublé en termes de chiffre d’affaires en mars et d’avoir réussi à exécuter et à livrer toutes ces commandes sans problème, permettra de montrer aux investisseurs que notre concept répond à une tendance de fond et que FamilEat est la meilleure solution pour y répondre.

Il existe encore beaucoup d’incertitudes au niveau des investissements de l’été et c’est difficile de savoir ce qui va se passer mais notre investisseur principal nous a confirmé qu’il était toujours engagé pour participer à ce tour de table donc nous sommes confiants.

  • Avez-vous un message à partager ?

La situatione exceptionnelle actuelle démontre combien le secteur de l’agro-alimentaire est mobilisé en ce moment. FamilEat est "petit" maillon de la chaîne, toute la chaîne est mobilisée pour permettre à chacun de bien s’alimenter, des travailleurs de Rungis qui sont à leur stand chaque matin comme à l’accoutumée, aux conducteurs de poids lourds qui acheminent les produits jusqu’aux livreurs qui, partout en France, transportent les biens de première nécessité (denrées alimentaires et produits médicaux) jusqu’au domicile des consommateurs.

A voir également

Rencontre avec Valentin Grinner, étudiant en Pré-Master
Actualités
- 28-05-2020
Valentin Grinner “J’ai commencé un MOOC pour apprendre les bases du développement web”...
Classement des Grandes Ecoles de Commerce - Le Parisien 2020
Actualités
- 26-05-2020
L’EDHEC : 4ème Grande Ecole Française Avec une présence remarquée et constante dans les...
Rencontre avec Marie Thollet, étudiante en année de césure
Actualités
- 20-05-2020
  Marie Thollet “ L’avant ne sera pas si différent de l’après covid19 ” Marie est en...
Le Start-Up Challenge, facilitateur de projets
Actualités
- 20-05-2020
Pouvez-vous nous présenter votre projet de création d’entreprise ? Mon projet de...