EDHEC

Le sport permet de me dépasser et de repousser mes limites !

Passionné par le sport et étudiant en Master 1 dans la filière Financial Economics à l’EDHEC Business School, Théo Penot vient de participer à la première édition de l’IRONMAN 70.3 de Nice. Théo est…
Temps de lecture :
27 Sep 2018
Partager

Passionné par le sport et étudiant en Master 1 dans la filière Financial Economics à l’EDHEC Business School, Théo Penot vient de participer à la première édition de l’IRONMAN 70.3 de Nice. Théo est également Directeur de Course au sein de la 26ème génération du "Raid EDHEC", l’association étudiante qui organise plusieurs courses au long de l’année, dont le fameux et très exigeant Raid EDHEC dans l’arrière-pays niçois.

Qu’est-ce qui vous passionne dans le sport ?

J’ai commencé par la course à pied pour me remettre au sport, puis j’ai rapidement progressé et ai pris goût à m’entrainer. Après ma première course, j’avais un tel sentiment de satisfaction que j’eu envie de continuer et de me fixer des objectifs ambitieux. J’ai alors commencé le triathlon car c’est un sport exigeant et très diversifié dans lequel je prends un réel plaisir car les entrainements sont très variés. Le sport me permet de me dépasser et d’en découvrir plus sur moi et mes capacités et surtout repousser mes limites ! Durant l’IRONMAN 70.3, les quarante dernières minutes mes jambes ne répondaient plus et c’est alors qu’il ne reste que le mental pour prendre le relai. C’est après des efforts comme ça où l’on sent une réel satisfaction en franchissant la ligne d’arrivée; ces frissons me rappellent que le sport apporte pleins de bienfaits tant sur le plan physique que moral.

Peut-on combiner une pratique intensive du sport avec des études de haut niveau ?

Tout à fait, tout est une question d’organisation ! À côté de mes études, du sport et de mon engagement associatif avec le « Raid EDHEC », je suis également ambassadeur Capgemini et réalise des missions de junior consultant en tant qu’auto-entrepreneur. Les études de haut niveau et le sport obligent à être rigoureux et très organisé afin d’avoir des résultats satisfaisants. Mais le sport permet aussi de se défouler après une journée intensive de cours, cela permet de décompresser et d’avoir un certain équilibre. 

Quel lien entre le sport et les études ?

Les deux demandent un réel investissement si l’on veut atteindre ses objectifs et toujours progresser. Les études nécessitent un travail constant afin de performer le jour des examens, le sport est tout à fait identique ! On s’entraîne afin d’être prêt le jour de l’épreuve, on étudie afin d’avoir des bonnes notes le jour des examens. Il faut arriver à trouver un équilibre entre les deux et surtout s’épanouir dans les deux, car c’est à partir de ce moment-là qu’on appréciera d’avoir des journées chargées et non répétitives.

Pourquoi vous avez choisi l’EDHEC ?

Après avoir intégré un cursus de double licence mathématiques-économie, j’ai rapidement su que je souhaitais étudier la finance et c’est pourquoi je me suis dirigé vers l’EDHEC. En effet, l’EDHEC m’offrait la possibilité d’intégrer un des meilleurs masters au monde en finance tout en me permettant de m’épanouir personnellement grâce aux infrastructures sportives et aux associations étudiantes qui permettent aux étudiants de s’investir dans un projet qui les passionne. Avant d’intégrer l’EDHEC j’étais déjà intéressé par les projets associatifs et notamment le Raid EDHEC car je savais que j’aurais la possibilité de participer à l’organisation de 3 courses de haut niveau, chose que je n’imaginais pas possible avant de rentrer à l’EDHEC. Enfin la dimension internationale de l’EDHEC m’a beaucoup attiré car j’avais envie de découvrir de nouvelles cultures et de nouveaux horizons.

Quels sont vos prochains objectifs au niveau sportif et pour vos études ?

Le 4 novembre je participe au marathon de Nice, après avoir fait le marathon de Paris en 3h40, je vais viser 3h20 pour celui-ci. Ensuite j’aimerais participer à l’IRONMAN 70.3 des Sables-d’Olonne et viser en-dessous des 5 heures avant de commencer ma césure que j’aimerais faire pour la première partie soit à Londres soit en Suisse et la deuxième partie à Singapour. Je sais donc les destinations vers lesquelles je souhaite me diriger mais le secteur reste encore incertain.

 

Autres articles qui pourraient
vous intéresser

23.05.2024
Palmarès des écoles de commerce du Parisien Étudiant : l’EDHEC consolide sa 4e position au classement 2024 post-prépa
Pour la 5e année consécutive, le programme Grande École de l’EDHEC maintient sa…
22.05.2024 - EDHEC
Parcourez le 7e numéro de notre newsletter EDHEC Vox
Ce mois-ci dans la newsletter #EDHECVox, nos professeurs et chercheurs…