Baptiste de La Gournerie, l’étudiant EDHEC à la conquête de mers plus propres

Publié le 18 novembre 2020.


Baptiste de La Gournerie, étudiant en Master 2 Entrepreneurship à l’EDHEC, est Président et co-fondateur de l’association citoyenne Utopia qui lutte pour la diminution de notre empreinte plastique dans le monde, à travers la réalisation d’une étude et d’une expédition de recherche autour de l’Atlantique. 

Un étudiant EDHEC à l’engagement fort et à la volonté d’identifier les leviers de réduction de notre impact plastique dans le monde. Avec Utopia, Baptiste propose une action concrète pour les générations futures. L’EDHEC, qui suit son plan stratégique à 2025 ‘Impact future generations’, félicite la prise de conscience et les actions à impact positif de l’étudiant entrepreneur.

Nous l’interrogeons sur ses projets et comment les enseignements de l’EDHEC l’accompagnent dans sa mission d’envergure.

Qu’est-ce qu’Utopia ?

C’est un projet associatif dont l'objectif est de réaliser une "Encyclopédie du plastique", soit une étude globale faisant l'état des lieux de la dépendance de nos industries aux matières plastiques, et de l'impact sanitaire, économique et environnemental de l'usage du plastique.

Pourquoi et quand avez-vous lancé Utopia ?

Je suis entré à l’EDHEC pour changer les choses et avoir un impact positif. J’ai pris une année de césure pour avoir la richesse du temps et m’engager à travers une action qui me tient particulièrement à cœur, les pollutions marines. En 2019, j’ai créé mon association « Utopia, une mer nommée plastique » avec mon frère Paul et un ami, Slimane Bendjilali.

Que vous apporte le Master 2 Entrepreneurship de l’EDHEC dans la réalisation de ce projet ?

A travers la réalisation de ce Master, j'ai l'opportunité d'échanger et d'apprendre avec des professeurs expérimentés dans la gestion de projet et la Communication. C'est un levier qui m'offre les outils pertinents dans le développement de mon projet.

Qui fait partie de votre équipe ?

Nous avons une équipe de 25 bénévoles en France, de tous horizons et toutes compétences, qui font d’Utopia un laboratoire d’expérimentation où nous testons la pensée collective.

Par ailleurs, nous sommes accompagnés et soutenus par un réseau de professionnels, tel qu’Arianna Gamba cheffe de projet à l’ONG Health Care Without Harm, ou Florence Wisjbroek présidente de l’Institut de développement durable des Balkans (BSDI).

Concrètement, comment agit votre association ?

Depuis 70 ans, le plastique s’est intégré dans notre vie quotidienne entraînant un désastre environnemental et sociétal.

Notre enjeu est triple, voici nos principaux plans d’action :

  • Comprendre l’importance des matériaux plastiques dans nos process industriels et de consommation
  • Identifier pourquoi et comment les industries ont peu à peu intégré les matériaux plastiques à leurs produits
  • Déterminer les risques que pose la situation actuelle et les leviers d’actions à disposition des entreprises, pouvoirs publics et citoyens afin de résoudre cette crise plastique.

Pour cela, nous avons identifié les sept secteurs d’activité les plus consommateurs de plastique (Plastics the facts 2019) : l’automobile, le numérique, le tourisme, l’agro-industrie, la santé, le BTP et le textile.

Pour chacun de ces secteurs nous nous attachons à

  • Identifier les plastiques directs (produits) et indirects (matériel et outillage) présent le long de leur chaîne de production
  • Relever les enjeux environnementaux, sanitaire et économique liés à leur usages et fin de vie.
  • Relever et identifier des solutions de substitution ou de réduction d’impact adaptés.

Face aux nouvelles données sur les dangers du plastique nous considérons qu’il est nécessaire de repenser notre système de production et les raisons qui ont conduit à sa récente transformation. Par ailleurs, afin de donner une visibilité à notre travail, notre équipe de Communication travaille sur la création d’outils pédagogique accessibles pour tous.

 

Qu’est-ce que l’encyclopédie du plastique ?

L’Encyclopédie du plastique est une étude transversale sur la dépendance de notre société aux matériaux plastiques. Une fois ce premier travail réalisé nous conduirons des études comparatives à travers la mise en place d’une expédition en voilier autour de l’Atlantique. Cette expédition nous permettra de prendre du recul et de porter un regard croisé et global sur cet enjeu de société.

En quoi l’EDHEC a joué sur votre prise de conscience ?

Mon expérience à l'EDHEC, notamment au travers de la vie associative, m'a permis de découvrir un secteur avec de nombreuses opportunités, et en accord avec mes valeurs. J'ai eu l'occasion de me former au développement de projets associatifs de manière professionnelle. Par ailleurs, au travers de mon cursus j'ai acquis des compétences en gestion de projet ou encore en comptabilité qui me sont fort utiles dans la gestion quotidienne de mon projet. 

Avez-vous un projet à l’échelle internationale ?

Nous souhaitons à travers notre projet valoriser la solidarité internationale. L’association partira en août 2021 pour une expédition d’un an autour de l’Atlantique. Durant cette expédition nous appliquerons notre étude à l’international. Ce sera également l’occasion d’échanger et de partager notre message auprès des décideurs locaux ainsi qu’avec les jeunes. Nous réaliserons dans le même temps une série de webdocumentaires visant à illustrer notre étude autour de cas concrets.

Pourquoi la voile ?

La voile est avant tout une passion pour moi, par ailleurs c’est un moyen de transport « doux » propice à la réflexion et au recul. Par ailleurs, Aquarelle, notre bateau, est le symbole de notre engagement. C’est un vieux gréement en bois construit en 1971, fruit d’un artisanat et de matériaux nobles, véritable pied de nez aux bateaux résines qui font aujourd’hui légions.

Quelles sont vos récentes réalisations ?

Notre association a remporté en décembre 2019 le prix Jeune Engagé.e.s de la Fondation ‘La France S’Engage’, nous offrant 7 000 € pour investir dans notre projet.

En janvier 2020 nous avons été invités à l’Assemblée Nationale afin de participer à un colloque sur la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). En août dernier nous avons terminé une campagne de crowdfunding, grâce à laquelle 22.395 € furent levés auprès de 355 contributeurs. Dans le même temps nous avons trouvé deux partenaires : Order 2 Cash, une entreprise de recouvrement de crédit co-fondé par Guillaume Baudoux, Edhec Alumni, ainsi que Manamani, une entreprise lilloise de produits zéro déchets.

Cette levée de fond nous a permis d’acheter notre bateau et de le convoyer de Marseille à Roscoff, son nouveau port d’attache. Une navigation de 3 semaines qui nous permis de tester Aquarelle.

Comment voyez-vous l’avenir pour Utopia ?

L’avenir pour l’instant repose sur l’acquisition de nouveaux partenaires afin de financer entièrement l’expédition. Une fois rentrés, nous ambitionnons de créer une société de conseil auprès d’entreprises souhaitant réduire leur empreinte plastique, tout en préparant une seconde expédition cette fois-ci à plus large échelle.

A voir également

The Future of Buildings Project : quand la chair FIT (Foresight, Innovation & Transformation) accompagne les nouvelles générations à imaginer l’avenir du secteur de la construction.
Actualités
- 26-11-2021
Actuellement confronté à des grands défis – réduction des émissions de carbone,...
PARCOURSUP : POURQUOI CHOISIR UNE CLASSE PRÉPA ?
Actualités
- 23-11-2021
La prépa ? Ce sont les élèves qui en parlent le mieux… Le 21 décembre débute la phase d...
L’EDHEC confirme son appartenance au Top 4 des Grandes Ecoles en France selon Le Figaro
Actualités
- 23-11-2021
Le classement publié ce jour confirme la position de l’EDHEC de 4ème Grande Ecole de...
Un programme pionner en finance verte et durable  
Actualités
- 19-11-2021
Crédit Agricole Nord de France, Amundi et Crédit Agricole CIB, partenaires du MSc « ...