Premier Emploi en temps de crise : Les parcours de carrière des diplômés peu impactés à terme

Publié le 22 octobre 2020.


Le ralentissement de l'économie mondiale va impacter l'insertion des jeunes diplômés à partir de l'automne 2020. Il ne s'agit pas de la première crise du recrutement. En moins de 30 ans, 3 dépressions majeures ont ébranlé le marché de l'emploi. Qu'elle soit géopolitique en 1993, technologique en 2000 ou financière en 2008, les conséquences économiques de ces crises ont compliqué l'insertion des jeunes diplômés durant ces périodes.

Pour que leurs expériences éclairent les jeunes diplômés d'aujourd'hui, nous avons interrogé des Diplômés de Centrale Supélec ou de l'EDHEC Business School confrontés à un marché défavorable lors de leur insertion professionnelle.

Comment les jeunes diplômés ont-ils abordé la recherche de leur premier emploi dans un contexte difficile et leur carrière en a-t-elle été durablement affectée ? Dans cette nouvelle enquête de l'EDHEC NewGen Talent Centre, ils nous ont partagé leurs témoignages, expériences et conseils.

Proactivité et expérience

Premier constat : L'accès au premier emploi nécessite plus de proactivité et une démarche plus offensive en période de crise.
Des réponses systématiques à des offres d'emploi plus largement ciblées, la valorisation de toutes les expériences acquises durant les études, des candidatures spontanées nombreuses et la mobilisation du réseau des diplômés constituent les moyens de recherche les plus efficaces.

Si en période favorable, la transformation du stage ou de l'apprentissage en premier emploi est aisée et constitue le premier moyen d'insertion notamment chez les ingénieurs, c'est un vecteur un peu moins automatique lorsque le marché de l'emploi est tendu. Il faut alors se montrer plus actif et multiplier les candidatures.

Agilité et adaptation

62% des diplômés considèrent qu'une insertion professionnelle en période de crise économique leur a permis de faire preuve d'agilité et d'adaptation.
Chercher un emploi en période de crise a développé l'agilité et la capacité d'adaptation des diplômés confrontés à une réalité qu'ils n'avaient pas anticipée.
Ils ont fait preuve de résilience et de flexibilité en ouvrant leurs recherches à des secteurs et fonctions qu'ils n'avaient pas envisagés. Ils ont parfois dû se former ou changer de pays.

Une carrière finalement peu impactée par les tourments de l'insertion

Avec le recul, 4 diplômés sur 5 de Centrale Supélec et de l'EDHEC jugent que leur carrière n'a finalement pas pâti du contexte difficile de leur première recherche d'emploi. 21% des diplômés font état d'un démarrage plus lent que prévu, dans un secteur qui n'était pas initialement ciblé ou avec un salaire moins élevé, une forme de décalage des ambitions.

Chiffres clés de l'étude

  • 79% des diplômés de Centrale et de l'EDHEC ju­gent que leur carrière n'a pas pâti d'une insertion en période de crise.
  • 62% des diplômés considèrent que leur recherche d'emploi en période défavorable a développé leurs qualités d'agilité et d'adaptation.

A voir également

Management à distance : les bonnes pratiques à adopter
Actualités
- 23-11-2020
En 2020, le télétravail est devenu bien plus quune tendance, se transformant en...
Management empathique : quels avantages pour vous et votre entreprise ?
Actualités
- 20-11-2020
Le rôle du manager déquipe savère complexe. En effet, non content daccompagner vos...
Le programme Grande École, ouvrir le champ des possibles
Actualités
- 19-11-2020
Quel a été votre parcours avant l’EDHEC ? J’ai intégré l’EDHEC et le Programme Grande...
Michael Antioco est nommé Doyen du Corps professoral et de la Recherche
Actualités
- 19-11-2020
L'EDHEC Business School est heureuse d'annoncer la nomination de Michael Antioco au...