EDHEC
 |
Institutionnel

« L’expérience joue un rôle primordial dans l’escrime » : Aliya Luty, escrimeuse

Parcours sportifs : une série de témoignages dans lesquels des étudiants de l’EDHEC – sportifs de haut niveau ou pratiquant un sport en compétition – partagent avec nous leur engouement pour une discipline sportive. Ils nous racontent aussi comment cette pratique s’articule avec leurs études.

Temps de lecture :
2 Juil 2024
Partager

Étudiante en deuxième année de l’EDHEC International BBA Online, Aliya Luty participe à des compétitions d’escrime depuis l’âge de 7 ans. Elle est triple championne du monde des moins de vingt ans. Dans ce témoignage, elle évoque son quotidien de sportive de haut niveau, partagé entre entraînements et tournois internationaux.

 

« J’ai commencé l’escrime au club de Grenoble, à l’âge de sept ans. Je pratique l’épée, l’une des trois armes de l’escrime, avec le fleuret et le sabre. 
 

À 15 ans, j’ai rejoint le pôle France jeunes au Centre de ressources, d'expertise et de performance sportives (CREPS) de Bordeaux. J’y suis restée trois ans. Durant cette période, j’ai décroché plusieurs médailles aux championnats d’Europe et du monde des moins de 20 ans. Ces victoires m’ont ouvert les portes de l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (INSEP). Au sein de cet institut, nous sommes un groupe de sept femmes épéistes. Chaque jour, nous avons deux sessions d’entraînement, articulées autour de leçons d’escrime et de séances de musculation et de préparation mentale.  
 

L'escrime est un sport d’affrontement. Mon tempérament énergique se reflète sur la piste, où il faut toucher l'adversaire de son épée, sans être touché. J’aime également la solennité des vêtements, portés en salle d’armes ou lors des tournois. Notre tenue se compose d’une combinaison et d’un masque qui dissimule notre identité. 
 

La pratique de l’escrime s’inscrit dans le temps long. Les meilleurs résultats d’un ou d’une épéiste sont souvent obtenus autour de l’âge de 30 ans. L’expérience joue un rôle primordial dans ce sport. » 
 

Aliya Luty articule ses journées entre ses entraînements à l’INSEP et ses études :
 

« Actuellement en deuxième année du BBA, je travaille le matin et le soir, avant et après mes entraînements. Les études à distance me permettent d’avoir un emploi du temps flexible. Chaque année, je participe à huit compétitions internationales, dont certaines se déroulent en Chine, en Colombie et au Canada. J’ai toujours été investie dans mes études. Celles-ci sont une bulle d’air. Elles m’assurent aussi un bagage académique, le jour où je devrai me retirer de la vie sportive. »
 

 

Découvrez les autres témoignages de la série "Parcours Sportifs" :

Apprendre à repousser ses limites : Arthur Morel, champion du monde de Krav-Maga

Donner le meilleur de soi-même : Éva Bohnenstengel, championne de France handisport du 1 500 mètres en salle

En quête de sensations fortes : Chiara Pogneaux, championne de France de slalom

Associer engagement sportif et associatif, Alexandre Marchegay, directeur de la course du Raid EDHEC

Se nourrir de l’expérience des autres : Océane Sercien-Ugolin, joueuse de handball internationale

Cultiver l’esprit d’équipe : Loris Zammaretti, rugbyman

Développer le goût de l’effort : Philémon Rouault, joueur de hockey sur glace

« Être sportive de haut niveau, c'est accepter de répéter sans cesse le même mouvement » : Louise Lefebvre, nageuse en bipalmes

Autres articles qui pourraient
vous intéresser

10.07.2024 - Giving
PromoJam : les promotions 91 à 94 battent un record de générosité lors d’une soirée exceptionnelle
La première édition de PromoJam, imaginée par quatre amis des promotions 92 et…
04.07.2024 - EDHEC
L’EDHEC organise la 1re édition des EDHEC Vox Dialogues
Le mardi 2 juillet 2024, le campus parisien de l'EDHEC Business School a…
04.07.2024 - EDHEC
Le "séminaire créativité" de l'EDHEC fête son dixième anniversaire
Depuis 10 ans, Isabelle Sequeira, directrice adjointe du département Management…