A la une
Interview
   |
EDHEC
 |
RSE
Programmes

Vers une culture de la confiance : EDHEC Augmented Law Institute inaugure un programme de formation sur le lancement d'alerte en entreprise

En prévision de sa session inaugurale en mai, l'EDHEC Augmented Law Institute présente le programme de formation "From Whistleblowing to a Culture of Trust", initiative pionnière visant à démêler les complexités de l'intégrité et de l'éthique au sein des organisations.

Temps de lecture :
12 Mar 2024

Sous la direction de Wim Vandekerckhove, professeur d'éthique des affaires à l'EDHEC Business School reconnu pour son rôle de conseiller auprès d'institutions mondiales, ce programme de formation est conçu pour hisser le lancement d'alerte interne au rang de fondement de la confiance et du comportement éthique organisationnels.

A l'occasion d'une interview exclusive, le directeur du programme éclaire la génèse de cette initiative novatrice, soulignant le besoin critique de transparence et l'impact transformateur du lancement d'alerte sur la culture d'entreprise. Les candidatures étant désormais ouvertes pour les professionnels désireux de naviguer dans le paysage complexe de la conformité, de l'éthique et de la confiance, ce programme représente une étape cruciale vers la création d'un environnement organisationnel transparent, innovant et résilient.

Pourriez-vous brièvement partager votre parcours dans l'éthique des affaires et ce qui vous a amené à vous concentrer sur le lancement d’alerte et la confiance au sein des organisations ?

J'ai assisté diverses organisations sur des questions liées à l'intégrité, telles que le Conseil de l'Europe, le Département de la Santé au Royaume-Uni, le Bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime, le Comité International Olympique. Je suis actuellement professeur d'éthique des affaires à l'EDHEC Business School. Mon intérêt pour le lancement d’alerte a commencé pendant mon doctorat, il y a une vingtaine d'années, juste au moment où le Royaume-Uni adoptait sa première législation sur le lancement d’alerte. Cela n'a fait que gagner en importance depuis. Presque chaque problème ou scandale avait des signaux d'alerte précoces que les organisations ont manqués ou mal gérés.

 

Peu importe la taille ou le secteur, chaque organisation dépend de la confiance pour fonctionner correctement et sans heurts. Il est tout à fait naturel que les collaborateurs montrent plus d'engagement lorsqu'ils travaillent selon des procédures équitables et interagissent dans un contexte de sécurité psychologique. Je considère l'éthique des affaires comme fondamentale pour diriger une organisation. La plupart des gens ont l'ambition d'exceller dans ce qu'ils font, d'avoir un sentiment de fierté professionnelle. Cela leur donne une intuition pour reconnaître quand quelque chose ne va pas et ils voudront corriger ce tort. S'ils ne peuvent pas le faire eux-mêmes, ils souhaitent en parler à quelqu'un en qui ils ont confiance.

 

Selon vous, pourquoi le lancement d’alerte est-il un aspect essentiel des pratiques d’entreprise modernes ?

Il y a de nombreuses raisons. L'une d'elles est que le signalement interne est plus efficace pour détecter les fraudes professionnelles que les audits et la surveillance standard (voir "2022 ACFE Report to the Nations"). Une autre raison est qu'en Europe, chaque organisation de plus de 50 employés doit avoir un canal de signalement interne. Et pour moi, en tant que professeur d'éthique des affaires qui a étudié ce sujet depuis de nombreuses années maintenant, le signalement est un nexus pour la force de votre culture organisationnelle. Si vous parvenez à faire fonctionner le signalement interne, vous obtiendrez également l'intégrité, la confiance, l'engagement, l'innovation, l'agilité et la résilience dans votre organisation.

 

Qu'est-ce qui a inspiré la création du programme de formation "From Whistleblowing to a Culture of Trust" ?

En travaillant sur ce sujet, j'ai parlé à des personnes de différents horizons : à des professionnels qui utilisaient les canaux internes, à des lanceurs d'alerte publics qui ont tout risqué, à des responsables de la conformité qui gèrent les canaux et aux enquêteurs qui traitent les rapports, à des dirigeants qui se demandaient de quoi il s'agissait, et à des directeurs qui avaient l'impression de ne pas savoir ce qui se passait sur le terrain. C'est vraiment multifacette et je voulais proposer un programme qui offre non seulement différentes dimensions mais est aussi porté depuis diverses positions.

 

L'équipe de l'EDHEC Augmented Law Institute était très désireuse d'entendre l'idée et de la développer davantage. Ils nous ont aidés à structurer le programme en différentes sessions et à le faire résonner au sein de leur portefeuille d'offres. Tout cela en préservant l'idée originale d'apporter des perspectives de différents côtés et positions. Certains de nos intervenants ont l'expérience du lancement d'alerte. Il est très unique de les entendre parler de la gestion d'une enquête ou de poser des questions difficiles à leur manager.

 

Pourriez-vous décrire les principaux objectifs de ce programme et ce que vous espérez que les participants en retirent ?

Les participants viendront au programme avec une expertise et un rôle spécifique, et ils repartiront enrichis dans leur propre rôle après avoir vu ce qu'ils font d'un point de vue différent. Le programme comprend des masterclasses sur différentes couches du signalement au sein des organisations. L'objectif principal est de comprendre comment le signalement est connecté et mène à d'autres sujets de culture d'intégrité, comme le risque financier, les exigences légales et la protection des données, la bonne gouvernance, ainsi que la sécurité psychologique et les conversations courageuses.

 

Sans trop en dévoiler, pourriez-vous nous donner un aperçu de chaque session et les thèmes clés ?

Il y a quatre sessions.

La première concerne ce que nous appelons les « compétences techniques ». Il s'agit de travailler avec les lanceurs d'alerte dans une enquête et d'explorer les états d'esprit qui facilitent ou compliquent la surveillance, la prévention et la pratique de l'enquête.

La deuxième session porte sur les normes et réglementations. Il s'agit des exigences de la nouvelle directive européenne sur la protection des lanceurs d'alerte et des meilleures pratiques pour s'y conformer. Les participants pourront également comparer l'approche de leur organisation aux normes internationales pour les systèmes de signalement, à savoir l'ISO37002.

La troisième session offre des aperçus clés de la recherche et explore la science de la prise de parole, du silence, de l'écoute et de l'ignorance, et comment vous pouvez renforcer la fiabilité dans les organisations.

La session finale concerne ce que nous appelons les « compétences relationnelles » d'écoute et d'action sur les retours critiques. Elle explore les barrières comportementales qui empêchent les équipes et les organisations de tirer parti des cultures de franchise et de conversations courageuses.

 

Comment le lancement d’alerte contribue-t-il à construire une culture de confiance au sein d'une organisation ?

C'est la manière dont vous gérez un rapport de lancement d'alerte qui fait ou brise la confiance au sein d'une organisation. Vos différents intervenants internes lisent les signaux de cette gestion. Donc, évidemment le lanceur d'alerte mais aussi la direction et le conseil d'administration, et éventuellement aussi le management intermédiaire. Cela peut générer un bouche-à-oreille qui se fait l'echo de la réactivité de l'organisation face aux actes répréhensibles, aux préoccupations et aux valeurs.

 

Pourquoi ce programme est-il particulièrement pertinent pour les professionnels de la conformité et les experts juridiques ? Comment les managers peuvent-ils bénéficier de la compréhension du signalement et de la promotion d'un lieu de travail éthique également ?

Les managers jouent un rôle énorme dans la génération de confiance dans l'organisation. Le « ton donné en haut » ainsi que « l'ambiance au milieu » font la différence pour savoir si les travailleurs partageront leurs connaissances, leurs idées, leurs préoccupations et leurs avertissements. Mes recherches "Whistleblowing as a Protracted Process: A Study of UK Whistleblower Journeys" montrent même qu'il est très probable que tout rapport via le canal de signalement ait été d'abord soulevé auprès des managers. Mais ils ont échoué à le remarquer ou ont envoyé le mauvais signal dans leur réponse. Comprendre le signalement, c'est à la fois la partie formelle des procédures et les aspects informels de l'interaction humaine.

 

Les professionnels de la conformité et les experts juridiques sont au carrefour de tout cela. Ils ne sont souvent pas conscients des signaux qu'ils envoient ou à qui. Le programme leur donne ces aperçus. Ils ressentent la tension – j'appelle cela le moment de l'agent double dans mes travaux "Handling Whistleblowing Reports: The Complexity of the Double Agent" – et le besoin de répondre à différents publics. Ce programme les aide également à faire cela, à jouer sur différents registres.

 

Comment voyez-vous l'évolution du rôle du lancement d’alerte à l'avenir ?

Nous voyons que plus une organisation gagne en maturité avec l'opération d'un canal de signalement, plus elle trouve de moyens d'obtenir un retour sur cet investissement. Il y a une détection précoce des actes répréhensibles et donc moins de dommages, mais il y a de nombreuses autres façons d'utiliser les données du canal et de les laisser renforcer la confiance et la collaboration au sein de l'organisation. Nous voyons également des organisations ouvrir leur canal de signalement aux entités de leur chaîne de valeur pour relever les problèmes environnementaux ou les préoccupations en matière de droits de l'homme. Cela introduit une dynamique supplémentaire, donc encore plus de balles à jongler pour les professionnels de la conformité.

 

Quels conseils donneriez-vous aux organisations cherchant à renforcer leurs programmes d'éthique et de conformité ?

Essayez de voir ce que vous faites sous différents angles et perspectives. Qu'attend le conseil d'administration du canal de signalement ? Comment les travailleurs imaginent-ils le processus une fois qu'ils ont fait un rapport ? Comment maintenez-vous la confiance tout au long de l'enquête et lorsque vous clôturez un cas ? Comment pouvez-vous générer un apprentissage organisationnel sans enfreindre les règles de protection des données ? Ce sont des points très différents qui doivent être connectés pour trouver votre chemin sur une carte. C'est parfois difficile à réaliser, mais notre programme rend cela possible.

Vous êtes intéressé par ce programme ?

Rendez-vous sur le site de l'EDHEC Augmented Law Institute (From Whistleblowing to a Culture of Trust - Alll.legal) avant le 9 mai. Vous pouvez vous inscrire seul ou par groupe.