Executive Education

Pourquoi une stratégie RSE est une source d’opportunités

Proclamer que les questions de RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) et de développement durable ne sont plus des options accessoires et qu’il est essentiel, pour ne pas dire urgent, de les…

Temps de lecture :
1 nov 2021

Proclamer que les questions de RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) et de développement durable ne sont plus des options accessoires et qu’il est essentiel, pour ne pas dire urgent, de les inscrire au cœur des stratégies d’entreprises suffit-il à démarrer sa transformation RSE ? Comment faire d’une démarche RSE, une vraie stratégie d’entreprise, et non un « greenwashing » suspect ? Pourquoi la RSE est, plus que jamais, une source d’opportunité pour les entreprises ? Se poser les bonnes questions permet d’engager un processus de changement de fond. 

Les entreprises de toute taille et de tout secteur sont confrontées au besoin impérieux de repenser leur modèle, de revisiter leur stratégie à l’aune d’une démarche RSE importante. Si la grande majorité des dirigeants en sont conscients, il n’est pas toujours évident de mettre la machine en marche. Par où commencer ? Pour aller vers quels objectifs ? Comment faire ? Jusqu’où faut-il revoir la stratégie existante ? Autant de questions qui brouillent l’esprit… Lors d’un webinar proposé par la Formation Courte pout Dirigeants "Stratégie RSE : créer de la valeur responsable et durable" de l’EDHEC Executive Education, François Raffin, CEO fondateur de AUKI, expert en Sustainable Change & Innovation, répondait sans ambiguïté : « Il s’agit de presque tout réinventer pour faire exister une nouvelle version de notre monde équilibrant nature, humains et économie. Et c’est pourquoi, nous avons besoin d’entrepreneurs et d’entreprises innovants, comme jamais ! » 

Être convaincu : un prérequis pour bien démarrer sa stratégie RSE

Est-ce là que le bât blesse ? Pour mettre la démarche RSE au cœur de la stratégie d’entreprise, il est essentiel d’être convaincu de sa nécessité, tant en termes éthiques, moraux que d’un point de vue business. Tous les dirigeants ne sont pour autant pas encore tout à fait convaincus. Cinq forces s’exerçant sur les entreprises peuvent faire évoluer les mentalités :

Le rôle et le pouvoir des États en ce qui concerne les démarches RSE

Avec de nombreuses réglementations, lois (loi Pacte, loi sur l’économie circulaire…), normes, labels, les États exercent un pouvoir sur les entreprises pour les amener à opérer un changement. Mais les réglementations sont-elles à la hauteur des enjeux ? La question peut se poser, alors que l’État français vient d’être condamné par le tribunal administratif pour son inaction climatique.

Politique RSE - L'impact sur et le rôle des employés

Les employés des entreprises vivent de plus en plus mal le tiraillement entre leurs convictions personnelles et les pratiques de leur entreprise : faire le tri à la maison mais jeter des tonnes de papier et de cartouche d’encre en vrac au bureau… L’indicateur le plus fort vient des jeunes générations qui ne souhaitent même plus rejoindre les entreprises qui ne sont pas assez avancées dans leur démarche RSE. La gronde des étudiants de Polytechnique, début 2020, contre l’implantation de la branche recherche et innovation d’une multinationale pétrolière au sein même du campus relevait du conflit d’intérêt, mais également de la contradiction entre les activités dudit groupe et l’urgence climatique.

Les consommateurs

Selon une étude Ifop d’août 2020, 82% des consommateurs sont favorables à une sanction financière sur les entreprises qui présentent un bilan carbone négatif. Ce fort taux montre bien qu’une prise de conscience existe bel et bien et que les attentes sont fortes.

Les investisseurs

Sur le terrain de l’investissement les choses ont également évolué puisque de Mark Carney, ex-gouverneur de la banque d’Angleterre, à Hubert Keller CEO de la banque d’investissement Lombard Odier, tous s’entendent à dire qu’il n’est ni raisonnable ni responsable d’investir dans des filières qui ne vaudront plus rien dans 10 ou 15 ans. Hubert Keller avait même précisé que ne rien faire par rapport au réchauffement climatique couterait 25 trillions de dollars par an à l’économie mondiale. Un chiffre qui fait réfléchir…

Responsabilité sociétale des entreprises - la réalité

Enfin, le principe de réalité que nous constatons tous joue également un rôle sur les prises de conscience et de décision des dirigeants : la pénurie des matières premières dont l’eau qui commence à manquer, la pollution qui tue 7 milliards de personnes par an, etc.

Démarche RSE : une réelle opportunité 

Les éléments qui permettent de se convaincre de la nécessité de faire de sa démarche RSE une stratégie d’entreprise sont donc d’ordres multiples et ils dépassent le seul cadre de l’engagement environnemental pour « sauver la planète ». Le monde change et les entreprises doivent changer avec lui a minima, et anticiper les transformations si elles veulent rester compétitives. Le retour sur investissement d’une stratégie RSE n’est pas évident à estimer, mais a posteriori, les exemples tendent à montrer que les entreprises pionnières sur le sujet affichent des marges meilleures que leurs concurrentes. Pour Hélène Teulon, auteur du Guide de l’éco-innovation (Eyrolles, 2014) et fondatrice du cabinet de conseil en ACV et éco-conception Gingko 21, la transformation est une opportunité unique d’innover : « Les entreprises réalisent à quel point la RSE est liée à leur performance globale. Au cœur de l’équation d’affaires d’une entreprise, elle est de plus en plus reconnue et appropriée comme un levier d’attractivité, de compétitivité et de pérennité. » Il est d’ailleurs notable que les entreprises qui ont entamé leur transformation RSE retiennent leurs talents, attirent les nouveaux et satisfont une clientèle de plus en plus désireuse de consommer responsable.  

Transformation RSE - Comment engager le processus 

Parmi les conseils avisés pour entamer une transformation RSE, l’épreuve des questions à se poser est incontournable. Tout d’abord, faire un état des lieux pour savoir d’où l’on part : impact environnemental, social, écosystème, contrainte obligatoire, facultatives ou émergentes, acteurs importants, risques à anticiper et risques à ne rien faire. Ensuite, pour se demander où l’on va, François Raffin conseille de poser la question d’un cap plus que d’une destination fixe, tant les aléas d’un monde en perpétuel bouleversements peuvent influer sur le trajet : « Ce cap est le niveau d’ambition que vous souhaitez vous donner. Il faut trouver le juste équilibre entre une ambition qui parait difficilement atteignable afin de créer de l’enjeu, du challenge, mais pas totalement inatteignable, afin de ne pas générer de la démotivation ». Il en énumère quatre : 

  • Niveau 0 : Être strictement conforme aux réglementations ; 
  • Niveau 1 : Faire volontairement mieux ; 
  • Niveau 2 : Viser la neutralité nette sur un axe important, comme le CO2. Ce sont les entreprises pionnières ; 
  • Niveau 3 : Régénérer. Ce sont les éclaireuses. 

Le travail est plus facile à dire qu’à faire et se faire accompagner est recommandé. Une étude menée par le cabinet McKinsey a en effet montré que 70 % des projets échouaient faute d’un accompagnement au changement digne de ce nom. 

Formation en stratégie RSE

La formation est également un incontournable. L’étude Ifop citée précédemment faisait d’ailleurs le constat que 80% des salariés considéraient la formation aux enjeux de la RSE comme utile pour une entreprise. Les dirigeants doivent aussi envisager de se former pour impulser la bonne dynamique et bonne stratégie et entraîner avec eux l’ensemble des équipes et des parties prenantes. Pour Fanny Picard, consultante en RSE, formatrice et intervenante dans le cadre de la Formation courte pour dirigeants « Stratégie RSE : créer de la valeur responsable et durable » d’EDHEC Executive Education, « Quand les directions RSE rencontrent des difficultés, c’est souvent parce qu’elles manquent de relais au plus haut niveau de l’entreprise. La conception et le déploiement d’une stratégie RSE oblige à prendre de la hauteur et à avoir une vision de l’impact à plus long terme ». C’est donc par un leadership éclairé et motivant que la transformation commence. 

"La formation m'a permis d'avoir une ouverture et d'avoir des clés pour pouvoir fédérer les acteurs de mon entreprise. L'objectif est de les embarquer mais aussi qu'ils soient des acteurs actifs d'une nouvelle entreprise préparée aux évolutions du monde de demain." Marie-Pierre Dufour, Responsable de la communication Cérèsia et Alumni formation courte pour dirigeants - Stratégie RSE

Pour en savoir plus sur la Formation Courte pour Dirigeants « Stratégie RSE : Créer de la valeur durable » d’EDHEC Executive Education (Paris ou Lille) et découvrir nos autres programmes de formation continue pour dirigeants, contactez-nous : [email protected]  

 

Autres articles qui pourraient
vous intéresser

23.11.2022 - Executive Education
L’Executive MBA de l’EDHEC – 20 ans de transformation à tous les niveaux
En vingt ans, l’Executive MBA de l’EDHEC a été un accélérateur de carrière pour…

Lire la suite

Vote down!

You voted ‘down’

Partager
14.11.2022 - Executive Education
Qu’est-ce qu’un Executive Master ?
MBA, EMBA, Executive Master, formations diplômantes, certifiantes… Il est…

Lire la suite

Vote down!

You voted ‘down’

Partager
08.11.2022 - Executive Education
« J’ai choisi l’EDHEC pour ses valeurs : l’audace, l’exigence et la bienveillance » MY STORY - Diane Clerc
Le Parcours Dirigeants de l’EDHEC a aidé Diane Clerc dans la création de sa…

Lire la suite

Vote down!

You voted ‘down’

Partager