Mieux connaître son cerveau et "apprendre à apprendre", grâce aux neurosciences cognitives

Publié le 15 janvier 2020.


Gregoire Borst est Professeur de psychologie du développement et de neurosciences cognitives de l'éducation à l’Université Paris Descartes, et Directeur du Laboratoire de Psychologie du Développement et de l'éducation de l'enfant au CNRS. Lors de la journée de pré-rentrée "Open Mind Interprogrammes", il a rencontré les nouveaux participants aux programmes de l’EDHEC Executive Education pour une conférence intitulée "Apprendre à apprendre". L’objectif : mieux comprendre le fonctionnement de notre cerveau.

Pour ces professionnels, reprendre ses études peut susciter des questionnements. Apprend-on aussi bien à 40 ans qu’à 20 ? Comment s’assurer de tirer le meilleur des apprentissages que l’on reçoit ? Pour les éclairer, Grégoire Borst est revenu sur les grandes caractéristiques du cerveau, un organe qui se distingue d’abord par sa plasticité : "toute expérience, tout environnement, tout apprentissage transforme notre cerveau, a-t-il expliqué. Apprendre ce n’est pas "faire grossir son cerveau", c’est faire travailler différentes régions cérébrales ensemble, de différentes manières. C’est un processus dynamique et non-linéaire, fait d’autant de progressions que de régressions et de stagnations."
Au passage, il a contredit quelques idées reçues répandues sur la maturation cérébrale et l’apprentissage, comme celle qui voudrait qu’il soit plus difficile d’apprendre à mesure que l’on vieillit.

"Les mécanismes de plasticité ne fonctionnent pas seulement chez les jeunes enfants : une étude récente a montré que la neurogénèse avait lieu à tous les âges. Notre cerveau continue de se transformer à mesure que l’on acquiert de nouvelles compétences."
Grégoire Borst

Déconstruire ses automatismes et résister aux biais cognitifs 

D’un point de vue plus pratique, les neurosciences posent une question fondamentale : et si pour apprendre il fallait d’abord… désapprendre ? Grégoire Borst a invité les participants à déconstruire leurs automatismes et leurs biais cognitifs, ces "stratégies approximatives" construites lors d’apprentissages antérieurs et déployées par notre cerveau par habitude… au risque de nous induire en erreur1.

Pour un apprenant, prendre conscience de ces mécanismes et de la manière dont ils biaisent son apprentissage est essentiel pour mieux les dépasser. On parle d’approche "métacognitive" : se connaître soi-même, est la clé pour parvenir à raisonner de manière plus logique, plus critique.

"Comprendre notre système attentionnel et le fonctionnement de notre cerveau est essentiel pour bien apprendre. L’apprentissage et ses mécanismes gagnent à être explicités auprès des apprenants – ce qui ne se fait pas dans le système scolaire classique." 
Grégoire Borst

Développer une pensée agile, entre rapidité et réflexivité

Il ne s’agit pas pour autant de se défaire entièrement des automatismes, car s’ils nous amènent parfois à commettre des erreurs dans nos apprentissages ils n’en sont pas moins utiles dans de nombreuses situations, en permettant adaptabilité et réactivité. Pour Grégoire Borst, tout l’enjeu est plutôt de développer notre capacité à alterner entre ce système de pensée par automatismes et un système plus lent, plus analytique et délibératif.

Ce défi est particulièrement complexe pour des professionnels qui font face à une injonction à décider et à agir toujours plus vite, et qui supportent au quotidien une charge cognitive lourde, avec de plus en plus de tâches à exécuter en même temps. Mais en les incitant à s’intéresser au fonctionnement de leur cerveau, il représente une opportunité unique de se transformer en profondeur et ne plus jamais cesser d’apprendre. 

"Le sujet des biais cognitifs et de l’articulation entre pensée rapide et pensée lente m’intéresse particulièrement. Rencontrer un intervenant du niveau de Grégoire Borst, à la fois expert et très concret, nous invite à challenger nos manières de penser et nous ouvre de nouveaux champs de réflexion à explorer."
Lorraine Creaser, Assistante exécutive au sein du groupe Le Bon Coin, participante au Cycle Supérieur de Management. 

Pour en savoir plus sur les programmes de l’EDHEC Executive Education, n’hésitez pas à nous contacter : executive@edhec.edu

1 - À titre d’exemple, le test de Stroop met en évidence de manière très simple l’effort de concentration nécessaire pour résister à un automatisme comme celui de la lecture

 

A voir également

Zoom sur l’EDHEC DataViz Challenge 2020, 1ère édition d’une compétition passionnante
Actualités
- 03-07-2020
L’EDHEC Business School a lancé cette année la première édition de l’EDHEC DataViz...
L'EDHEC lance un Executive MBA Healthcare Innovation & Technology en partenariat avec UTC
Actualités
- 02-07-2020
L'EDHEC Business School est heureuse d'annoncer le lancement d'un nouvel Executive MBA...
Créer sa boîte pendant ses études
Actualités
- 01-07-2020
Quels sont vos parcours ? Dorian : Après deux années en classe préparatoire...
 EDHEC Augmented Law Institute et Ubisoft signent un partenariat de recherche pour mettre l'innovation au service des directions juridiques
Actualités
- 30-06-2020
L'EDHEC Augmented Law Institute est heureux d'annoncer la signature d'un partenariat d'...