Un EDHEC Alumni très 'out of the box'

Publié le 04 novembre 2015.


Thomas Burette

Thomas Burette qui a suivi le parcours intercontinental puis le parcours apprentissage de l'EDHEC au sein de Zurich Assurances en tant que chef de projet puis comme négiciateur immobilier chez Unibail Rodamco, publie son premier roman sous le pseudonyme Thomas Fantoli et a créé sa propre maison d’édition.

Comment vous avez eu l’idée d’écrire et de publier un roman ?
Tout est parti d’un voyage. Un jour, sur la côte amalfitaine, je suis tombé sous le charme d’un paysage. Tout était parfait. La lumière, les couleurs, les odeurs… et seuls des mots semblaient pouvoir retranscrire ce que je ressentais. Une fois couchés sur le papier, j’ai commencé à concevoir une intrigue policière, des personnages… deux ans d’écriture et de réécriture plus tard, La Fleur du Péché était terminé. L’idée de publier le roman est venue naturellement. J’ai commencé à faire lire ce que j’écrivais, sans grande conviction. Mais les retours furent très élogieux. On louait l’alternance des rythmes, des personnages, l’intrigue, les pauses descriptives… alors pourquoi ne pas aller plus loin ?

Que vous a apporté le parcours intercontinental ?
Ce parcours m’a appris deux choses : à connaître les autres et à me connaître. Aux Etats-Unis, en Chine, en Russie, j’ai découvert de nouvelles cultures, des manières de penser et de concevoir le monde. Cela a développé un peu plus encore ma curiosité, mon ouverture aux autres. Et cela m’a permis de me découvrir. Connais-toi toi-même. La devise de Socrate rôde encore dans notre société.

Pourquoi avoir créer une maison d’édition ?
J’avais déjà en tête à l’époque de réaliser à l’époque une bande-annonce filmée de mon roman. J’ai travaillé avec une équipe de cinéma, recruté l'une des plus célèbres voix du 7ème art… et donc beaucoup investi. J’ai fait ensuite imprimer des flyers, des affiches et constitué un plan de communication. Bref, je faisais le travail d’un éditeur. Il ne me restait donc plus que la structure à créer ! 

Quels sont vos prochains projets ?
Les projets pour la suite sont nombreux : réaliser un long métrage de cette œuvre et trouver des producteurs. J’ai également créé un scénario d’une série comique composée d’épisodes de deux minutes et parfaitement adaptée à la télévision. Et un autre roman, un thriller assez court et très percutant qui est presque terminé.

Comment l’EDHEC vous a permis de développer votre esprit ?

Je pense qu’il s’agit avant tout d’un état d’esprit. Je me suis vite convaincu qu’avec beaucoup de volonté et de travail, tout devenait possible. Quand j’ai commencé à écrire, certains m’ont dit « mais tu n’es pas écrivain ». Quand j’ai commencé à parler de réaliser un trailer de mon roman, d’autres m’ont affirmé « mais tu n’es pas cinéaste ». Aujourd’hui, ces mêmes personnes me rappellent pour me féliciter à la fois sur le livre et sur la bande-annonce. Out of the box, c’est à la fois transcrire les règles afin de créer, mais c’est aussi croire en soi, croire en son idée et se battre pour elle, pour lui donner vie. Et grâce à beaucoup de travail et aux autres, on y arrive !

Plus d'informations sur Facebook.

A voir également

Classement Master in Management The Economist :  L’EDHEC entre directement à la 3ème place  parmi les Grandes Ecoles françaises
- 25-05-2017
L’EDHEC Business School intègre le classement très fermé et exigeant de The Economist,...
Michelle Sisto est nommée Directrice de la Grande Ecole et des Masters of Science
- 22-05-2017
L’EDHEC Business School annonce la nomination de Michelle Sisto au poste de Directrice...
Classement Financial Times Executive Education 2017 : l’EDHEC gagne 7 places et entre dans le Top 30 mondial
- 15-05-2017
Avec une forte progression dans chacun des classements, l’EDHEC Business School entre...
TEDx Aix/EDHEC : Une conférence inspirante
- 09-05-2017
En s’associant à ce projet unique depuis sa création, l’EDHEC Business School affiche...