Dans sa Chronique Ecoacademics publiée dans le magazine Usine Nouvelle, Anne-Sophie Bellaiche revient sur l'approche de Frédéric Palomino sur la rémunération des patrons. En effet, auteur d'un position paper sur le sujet, ce professeur d'économie EDHEC Business School propose de fixer un plancher plutôt qu'un plafond. 

"On donne à quelqu’un une somme d’argent qu’il doit partager avec une autre personne. Si le « répondant » n’est pas d’accord avec le partage du « proposant », les deux n’obtiennent rien. L’expérience montre qu’en deçà de 10 % le répondant refuse toujours, qu’entre 10 et 20 % il refuse une fois sur deux, mais qu’entre 40 % et 50 % il accepte. L’individu est donc prêt à obtenir 0 % plutôt que 20 % de quelque chose, s’il juge le deal inéquitable. Appliqué à la rémunération des patrons, le principe serait de fixer par la loi non pas un plafond, comme cela est régulièrement proposé (et déjà effectif pour les entreprises publiques), mais un plancher, multiple du salaire moyen de l’entreprise."