Self-Leadership

Ecrit le 03 novembre 2017
Par Sylvie Deffayet
Directrice de la Chaire Leadership et Compétences managériales, EDHEC Business School
.


« Quelle est la question sur laquelle j’ai le plus besoin de progresser en ce moment en tant que responsable X, manager, dirigeant… ? »  Pouvez-vous formuler cette question ? Pouvez-vous l’écrire ?

Si oui, regardez maintenant ce que vous avez écrit. Que pensez-vous de cette question ? Vous permet-elle d’agir ? Si tel n’est pas le cas, alors critiquez là pour l’améliorer.  N’est-elle pas trop vague, générale ou encore complexe et un brin confuse ? Probablement avez-vous utilisé un verbe à l’infinitif, des mots abstraits, peut-être introduit un « on ». Pourtant cette formulation est très pertinente à vos yeux mais elle reste très théorique. Et pour y répondre en l’état, il faudrait que vous lisiez une quantité incroyable de manuels et ouvrages traitant du sujet en question. Un bon exercice sur le plan intellectuel mais incompatible avec votre emploi du temps ? Voici une proposition que je pratique depuis 15 ans avec des responsables de tout niveau :

  1. Réécrivez votre question en la commençant par « Comment ». Sinon elle n’ouvre pas sur l’action. L’action, c’est bien ce que vous souhaitez n’est-ce pas ?
  2. Poursuivez avec un « JE » ; Si c’est votre question, alors incarnez là tout comme vous incarnez votre autorité !
  3. Enchainez avec un verbe d’action, le plus concret possible, de sorte que tout le monde comprenne sans équivoque ce dont il s’agit ; Vous terminerez votre thèse de doctorat plus tard. Et surtout, ne vous encombrez pas de « dois-je » « pourrais-je… » « vais-je », qui laisserait sous-entendre que cela pourrait ne pas fonctionner. C’est trop facile ! Allez directement à ce que vous avez à faire et qui vous taraude car c’est justement la question/sujet sur lequel vous avez le PLUS besoin d’avancer en ce moment.
  4. N’oubliez pas la saveur ou la couleur de votre question/sujet : intégrez votre contexte. Si votre question parle très fort à votre voisin, collègue manager, c’est que ce n’est pas encore tout à fait votre question, même si encore une fois, c’est une très bonne question car fréquemment rencontrée quand on exerce des responsabilités. Ce n’est pas la même chose de dire : comment je remotive Caroline ? et Comment je remotive Caroline qui voulait ma place ?
  5. Enfin, terminez par un « pour » ; Que souhaitez-vous faire ?

Réorganiser les choses, remettre de l’ordre, corriger une action, faire cesser une pratique, dire stop ou dire non ? Appuyez-vous sur votre colère, une énergie au service de la transformation. Vous protéger ou protéger les autres, mettre en sécurité un plan, une stratégie, un savoir-faire ? Appuyez-vous sur vos signaux bien légitimes de peur !

Et si une certaine nostalgie ou tristesse pointe dans votre question, c’est que quelque chose est en train de s’en aller, dont vous êtes en train de vous séparer et dont vous n’avez pas encore tout à fait conscience : un rôle, un type de relation, un espoir, un projet, une illusion…etc La bonne nouvelle est que cette émotion que vous acceptez d’écouter vous indique que vous êtes prêt à écrire ou faire écrire une nouvelle page sans vous accrocher fixement à un monde qui n’est plus.Comparez maintenant le premier et le deuxième jet de votre question. Que constatez-vous ? Est-ce plus clair ? suffisamment simple et explicite pour vous comme pour l’autre ? Alors félicitez-vous de la transformation incroyable entre la première et la dernière version de votre question.

Rions au passage de cette capacité que nous avons à nous perdre nous-mêmes avec des formulations pour le moins « fumeuses ».  Pas étonnant que nous ayons du mal à agir et trouver NOTRE réponse lorsque la question est mal posée. Enfin, soyons bienveillant face à notre impuissance à agir parfois.Si vous avez rencontré votre question, alors vous devriez maintenant être reconnecté à toutes vos ressources et vos options pour agir. Vous pouvez en plus, demander quelques conseils supplémentaires à des ressources extérieures que vous choisirez sans peine car votre besoin s’est éclairci et vous êtes capable de faire une demande des plus explicites.

Si vous voulez tester cette discipline, n’hésitez pas à partager en retour vos exemples de voyages entre la première et la dernière version de votre question. Nous nous inspirerons mutuellement !