Explore & master
   |
EDHEC Vox
 |
Recherche

Risques liés aux chaînes d'approvisionnement agricole et la COVID-19, de l'atténuation aux stratégies durables

Sachin Kamble , Professor

Quelles sont les conséquences de la COVID-19 sur les acteurs des filières agricoles en Inde ? Aux côtés de quatre autres professeurs, Sachin Kamble, professeur des Chaînes d’Approvisionnement à l’EDHEC Business School, a mené des recherches...

Temps de lecture :
20 oct 2020
Partager

L’interruption du travail et de la vie sociale a gravement nuit aux activités économiques, en particulier dans le secteur des services et de l’agriculture.
En effet, de nombreux pays ont imposé des interdictions de voyage, des contrôles aux frontières et des restrictions à l’exportation sur les produits alimentaires. Du fait de la forte intensité de main-d’œuvre des acteurs de la chaîne d’approvisionnement agricole dans les secteurs de la pêche, des produits carnés et des cultures de rendement, les politiques de confinement ont fait peser une lourde hypothèque sur les marchés du travail. La COVID-19 a eu une incidence considérable sur les importations et les exportations mondiales de produits alimentaires.

Les derniers rapports de l’Organisation mondiale du commerce (2020) [i] prévoient une chute du commerce mondial des marchandises située entre 13 et 32 % en 2020.

Les filières agricoles jouent un rôle essentiel dans la réalisation des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies, notamment l’ODD 2 (éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire et améliorer la nutrition) et l’ODD 12 (garantir des modes de consommation et de production durables). Par conséquent, il est nécessaire d’étudier l’impact des risques et de créer des acteurs des filières agricoles qui soient résilients.

Aux côtés de quatre autres professeurs, Sachin Kamble, professeur des Chaînes d’Approvisionnement à l’EDHEC Business School, a mené des recherches [ii] afin de quantifier les conséquences de la COVID-19 et des stratégies spécifiques permettant de réduire l’impact des risques significatifs identifiés en raison de la pandémie sur les acteurs des filières agricoles en Inde en fonction de leur taille, tout en favorisant une pratique de chaîne d’approvisionnement plus durable.

RISQUES À ÉCHELLE VARIABLE

Les risques liés aux chaînes d’approvisionnement sont dus soit à une rupture de ressources, soit à un manque de collaboration. Les impacts et les stratégies de riposte sont largement variables entre les différents acteurs des filières agricoles. Les risques sont évalués par rapport à la taille des acteurs : micro (MI) petite (S), moyenne (ME) et multinationale (MNC) en utilisant l’approche FLQOWA[iii].

Les risques liés à l’offre (S), à la demande (D), aux risques financiers (F), à la logistique et aux infrastructures (L&I), à la gestion et à l’exploitation (MO), à la politique et à la réglementation (PR) et à la biologie et à l’environnement (B&E) ont un impact significatif sur les différents acteurs en
fonction de leur portée et de leur ampleur (voir la fig. 1 ci-dessous).

tableau1_800.png
tableau2_800.png

 

tableau3_800.png

tableau4_800.png

Figure 1 : Impact des risques sur les acteurs des filières agricoles (micro, petits, moyens et multinationaux)

VERS DES FILIÈRES AGRICOLES PLUS DURABLES 

Diverses stratégies sont proposées pour contrôler les risques et leurs impacts afin de se préparer à un monde nouveau. 

Réglages rapides

Les ruptures d’approvisionnement, qui sont principalement provoquées par des blocages et des mesures de sécurité à l’échelle nationale, peuvent être résolues en refondant les systèmes internes en utilisant des mesures sécuritaires préventives visant à protéger les travailleurs et les marchandises. Des dispositifs de triages fondés sur l’imagerie thermique, l’utilisation de masques/gants pendant la manipulation et le traitement, et la réduction du personnel aux qualifications uniques par l’appui d’une main-d’œuvre pluri-compétente avec un support technique (robots et cobots) afin de ménager l’efficacité et la sûreté sont autant des mesures qui se prêtent à une mise en œuvre immédiate.

Adoption des technologies de l'industrie 4.0 technologies (capables de fluidifier les opérations de traitement et l'écosystème de la chaîne d'approvisionnement pour répondre à une demande dynamique)

Les acteurs des filières agricoles devraient mettre à profit leurs  ressources technologiques et renforcer leurs capacités en matière de technologie de l’information pour établir des partenariats stratégiques avec les principales parties prenantes. Cela permettrait une planification efficace des produits grâce à un flux d’informations en temps réel et améliorerait la transparence et la visibilité des processus des filières agricoles. Il est possible d’éviter les prévisions de demande inexactes constatées pendant la pandémie en investissant dans des outils de prise de décision autonomes tels que le recours aux données massives et à l’intelligence artificielle.

Des acteurs agricoles socialement responsables 

Des stratégies de communication efficaces pour motiver le personnel et les travailleurs migrants à retourner au travail devraient être déployées. Le personnel devrait être avoir la sécurité de l’emploi et se voir verser leurs arriérés de salaire. Il est possible de se mobiliser les employés retraités si les employés habituels ne sont pas disponibles. L’objectif principal devrait être d’améliorer les capacités de résilience de l’établissement en favorisant l’implication et le bien-être des collaborateurs.

Collaboration et responsabilité partagée pour un avenir durable

Les acteurs agricoles devraient se concentrer sur une collaboration et une intégration accrues avec les entreprises de coordination pour gérer efficacement les risques (par le biais de pratiques de gestion intégrée des risques). Par exemple, les acteurs de l’agro-industrie devraient se pencher sur la construction de filières d’approvisionnement agricoles courtes, qui ont l’avantage de pouvoir gérer les risques liés à l’offre et la demande lorsque le transport transfrontalier est limité. Cela permettrait d’éviter le gaspillage de nourriture au point d’origine et la manque à gagner correspondant pour les agriculteurs.

Les résultats de l’étude peuvent être généralisés à d’autres pays émergents qui peinent à se remettre de la COVID-19. En effet, la quasi-totalité des pays sont touchés par des restrictions commerciales, des limitations des transports au niveau national et la fermeture obligatoire des usines. L’appui et l’orientation des autorités publiques sont nécessaires pour consolider et développer la production agricole dans les régions éloignées et isolées. Les risques financiers dus à la rupture ou au manque de liquidité des acteurs agricoles poussent encore davantage les administrations publiques à délaisser les projets jugés accessoires pour fournir une aide financière d’urgence aux acteurs agricoles. Les résultats de cette étude peuvent avoir valeur de référence pour identifier les zones à risques au sein des filières agricoles et mettre en œuvre une planification écologique.

Cet article fait référence à la publication suivante : Rohit Sharma, Anjali Shishodia, Sachin Kamble, Angappa Gunasekaran & Amine Belhadi (2020), Agriculture supply chain risks and COVID-19: mitigation strategies and implications for the practitioners, International Journal of Logistics Research and applications, DOI: 10.1080/13675567.2020.1830049


[i] WTO (World Trade Organization). 2020. “Trade Set to Plunge as COVID-19 Pandemic Upends Global Economy.”Geneva. (also available at from www.wto.org/english/news_e/pres20_e/pr855_e.htm).

[ii] L’étude montre l’impact de la COVID-19 dans le contexte indien et a été fondée sur les résultats d’une enquête menée auprès de 20 organisations indiennes de la chaîne d’approvisionnement agricole appartenant à des micro, petites, moyennes entreprises et multinationales. Les chercheurs ont identifié les facteurs de risque à partir de la documentation pertinente et calculent les scores à l’aide de la technique d’agrégation pondérée par ordre de quantification linguistique floue (FLQOWA).

[iii] FLQOWA, qui est une combinaison de la connaissance guidée (théorie de l’ensemble flou) et de l’approche axée sur les données

Autres articles qui pourraient
vous intéresser

17.01.2022

Après Milken, Keating, Madoff, Kerviel... Revisiter l'éthique dans l'industrie financière

  • Peter G. Szilagyi , Professor
  • Aziza Laguecir , Professor
  • Fabian Bernhard , Associate Professor
12.07.2019

À la recherche des objectifs perdus

  • Mulvey John , Princeton
  • Lionel Martellini , Professor, EDHEC-Risk Institute former CEO
03.05.2017

En marche pour un nouveau travail ?

  • Serge Macé , Associate Professor, Deputy Head of faculty - Data Science, Economics & Finance