Think differently
   |
EDHEC Vox
 |
Recherche

Les technologies à émissions négatives deviennent incontournables face au réchauffement climatique

Riccardo Rebonato , Professor

Riccardo Rebonato, professeur à l'EDHEC et directeur scientifique de l'EDHEC-Risk Climate Impact Institute, dans un article publié sur The Conversation, présente son point de vue sur la question de l'élimination du carbone, ajoutant une nouvelle dimension au débat sur la politique optimale.

Temps de lecture :
24 jan 2023
Partager

La réduction des émissions (nettes) de CO2 a été l’outil le plus plébiscité par les décideurs politiques pour lutter contre le changement climatique, et limiter les émissions d’équivalents CO2 dans l’atmosphère demeure un axe prioritaire. Pourtant, toutes les études scientifiques dignes de ce nom avec, en tête, le dernier rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) reconnaissent que pour avoir des chances de contenir la hausse des températures d’ici à la fin du siècle dans une fourchette de 1,5 à 2 °C, il est impératif de prélever dans l’atmosphère des quantités non négligeables de CO2.

Cependant, les technologies dites « à émissions négatives », pourtant des éléments incontournables de cette équation, ne sont que rarement évoquées, et encore moins financées. À l’heure actuelle, seules l’afforestation (plantation d’arbres sur des zones déboisées) et la bioénergie avec captage et stockage de dioxyde de carbone (BECSS) ont fait leurs preuves. Dans ces dernières installations (cinq dans le monde en 2019), le CO2 issu de la combustion est capté et enfoui en sous-sol profond, où il se solidifie au contact de l’eau en quelques mois.

Il existe en outre des alternatives. Depuis les années 1920, des technologies de capture du CO2 sont utilisées, par exemple dans les conduits de centrales électriques. Désormais, on peut utiliser ces technologies existantes et éprouvées de manière nouvelle et innovante. En conséquence, aucune percée technologique d’envergure n’est nécessaire ; les dynamiques physiques, à vrai dire surtout chimiques, de l’élimination directe du carbone dans l’air sont bien maîtrisées, bien que l’opération soit plus complexe.

Une stratégie qui change la donne

Un soutien massif au développement de ces technologies à émissions négatives doit aujourd’hui constituer une priorité dans les politiques climatiques. En effet, comme nous le démontrons dans les dernières recherches menées par l’EDHEC Risk Climate Impact Institute, l’élimination du carbone, bien loin d’être un simple recours de contingence, constitue désormais un outil incontournable dans l’action contre le réchauffement climatique.

Avec des investissements considérables canalisés vers les technologies à émissions négatives, le profil de température optimal visé sur la période courant d’aujourd’hui jusqu’à la fin du siècle demeure dans la fourchette de 1,5 à 2 °C. En d’autres termes, cet objectif représente un niveau optimal et non simplement idéal.

Non moins importante, le graphique ci-dessous montre que grâce à des émissions négatives significatives, la température optimale après la fin du siècle devrait retomber (à peu près aux niveaux actuels), et non se stabiliser autour des 2 °C comme suggéré par les protocoles d’action centrés sur la diminution des émissions.

Le profil de température optimal escompté obtenu avec (ligne bleue) et sans (ligne rouge) émissions négatives. En adoptant des politiques d’émissions négatives, les responsables politiques peuvent laisser les températures grimper un peu plus qu’en leur absence, conscients que des prélèvements importants de CO₂ seront possibles dans un avenir proche.

 

Ces analyses nous apprennent donc que, si nous nous fixons un cap ambitieux de réduction de CO2, cet objectif sera plus susceptible d’être atteint et exigera moins de sacrifices. En effet, au vu de la lenteur avec laquelle les dispositifs naturels absorbent le CO2, réduire à zéro les émissions ne saurait suffire.

Repenser les subventions

Cette observation est importante, car les outils technologiques permettant de décarboner les secteurs les plus dépendants (comme les industries du ciment et de l’acier, ou encore l’aviation) n’en sont qu’à leur balbutiement.

On reproche souvent aux technologies à émissions négatives d’être onéreuses. Cependant, tirer argument du prix de ces technologies à un moment donné ne saurait être une critique fondée. Au début des années 1980, le professeur qui m’enseignait la physique des solides m’a appris que l’énergie nécessaire à la production d’un panneau solaire dépassait la quantité d’énergie produite par ce dernier durant tout son cycle de vie.

Or, si ce constat était avéré à l’époque, il ne l’est plus aujourd’hui. Les coûts des panneaux solaires et des éoliennes ont en effet dégringolé durant les 15 dernières années grâce à ce que les économistes appellent l’apprentissage par la pratique (learning by doing).

Cette trajectoire a notamment été rendue possible par de généreuses subventions octroyées aux énergies renouvelables. Ce sont donc nos politiques en matière de subventions qu’il conviendrait de remanier. Les subventions à la consommation et à la production d’énergies fossiles pourraient ainsi être abaissées et redirigées vers des actions d’élimination du CO2.

Ce n’est cependant pas la trajectoire de ces dernières années : selon l’Agence internationale de l’énergie, l’aide publique aux combustibles fossiles dans 51 pays du monde a presque doublé en 2021 pour atteindre 697,2 milliards de dollars contre 362,4 en 2020. En outre, les subventions à la consommation devraient encore augmenter en 2022 en raison de la hausse des prix des carburants et de la consommation d’énergie.

Le risque d’aléa moral

Donner aux techniques d’élimination du carbone un rôle central n’est cependant pas sans danger. La situation d’aléa moral à laquelle cette voie est susceptible de mener pourrait avoir pour effet d’affaiblir les actions de réduction des émissions, sans que des politiques d’élimination ne soient, pour autant, engagées.

À cette critique admissible, nos études répondent que la cadence optimale des réductions d’émissions, lorsqu’elles sont articulées avec des actions d’élimination, ne s’éloigne que peu des cibles de neutralité carbone récemment validées à l’occasion de la COP26. Sur la base de nos résultats, l’on peut en déduire que les cibles en matière de trajectoire actuelle d’émissions devraient être maintenues, mais qu’un protocole ambitieux de réduction des émissions devrait être instauré.

Les technologies d’élimination du CO2 ne sont pas une échappatoire et ne peuvent pas servir d’excuse pour relâcher nos efforts en matière de réduction des émissions. Cependant, elles restent un outil indispensable qui nous arme plus efficacement pour lutter contre le changement climatique, rendant nos ambitions plus réalistes.

Cet article par Riccardo Rebonato, Professeur à l'EDHEC et Directeur scientifique de l'EDHEC-Risk Climate Impact Institute, a été republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

Photo by Gaetan Bally - Keystone, for Climeworks

 

Derniers articles
EDHEC Vox

20.01.2023

Le cancer peut-il conduire à la criminalité ?

  • Kim Peijnenburg , Professor
  • Gianpaolo Parise , Professor
13.12.2022

Les Ressources Humaines, le chemin privilégié pour devenir un « grand » dirigeant

  • Sylvie Deffayet Davrout , Professor, Leadership Development Chair Director
  • Jean Baptiste Cocheteux , Mobivia
23.11.2022

E-santé : mot à la mode ou changement de paradigme ?

  • Loick Menvielle , Professor, Management in Innovative Health Chair Director