Réformer la protection de l’emploi des seniors pour accompagner l’augmentation de l’âge de départ à la retraite : Que peut-on attendre d’une baisse du coût de licenciement d’un senior ?

Arnaud Chéron : Cette étude évalue quantitativement une réforme de la protection de l’emploi des seniors parallèlement à l’augmentation de l’âge de départ à la retraite.

Author(s) :

Arnaud Cheron

Professeur des Universités en Sciences Economiques (Le Mans) et directeur de recherche sur l'évaluation des politiques de l'emploi au sein du pôle économie de l'EDHEC.

Presentation :

Deux scénarios sont envisagés : (i) augmentation d'un an et (ii) augmentation de trois ans de l'âge de départ à la retraite. La réforme de la protection de l'emploi considérée consiste en une réduction à hauteur de 25% du coût total moyen de licenciement, soit à partir de 58 ans (scénario (i)), soit à partir de 60 ans (scénario (ii)). Le principe de cette politique est d'introduire des incitations financières conduisant les entreprises à retarder certains licenciements : dans le scénario (i), il s'agit de faire en sorte que les entreprises soient enclines à conserver plus longtemps leurs travailleurs âgés de 55 à 57 ans, quitte à ce qu'elles se séparent plus fréquemment des employés de 58 ans et plus. Il apparaît que le bilan global en emploi de cette politique est positif. Dans le scénario (i) le gain net en emploi pour la tranche d'âge 55-57 domine largement la perte subie pour les 58 ans et plus. Retenant le découpage par tranches d'âges traditionnel, notre estimation indique un gain de sept points de taux d'emploi pour le groupe des 55-59 ans, et une perte d'un point pour celui des 60-64 ans. Il nous semble de plus que cette option de politique d'emploi s'avère plus pertinente que le précédent CDD senior ou les actuelles réflexions menées par Laurent Wauquiez autour d'un éventuel dispositif d'allégements de charges pour l'embauche de seniors. Nous soulignons en effet que les seniors aujourd'hui en emploi bénéficient d'un capital humain spécifique (compétences propres) à l'entreprise qui tend à contrebalancer les effets négatifs de la proximité de la retraite. Les chômeurs ciblés par le CDD senior et les exonérations de charges en cours de discussion ne bénéficient pas en revanche de ce capital humain spécifique. Par conséquent, il est relativement plus aisé d'infléchir les décisions de maintien en emploi de salariés qui disposent de compétences spécifiques à l'entreprise, que de modifier les décisions d'embauche des chômeurs de plus de 50 ans.
Pdf
Réformer la protection de l’emploi des seniors pour accompagner l’augmentat...
(1.46 MB)
Type : Position paper
Date : le 02/07/2010
Extra information : Pour plus d'informations, nous vous prions de vous adresser à Joanne Finlay, Direction de la recherche de l'EDHEC [ joanne.finlay@edhec.edu ] Les opinions exprimées sont celles des auteurs et n'engagent pas la responsabilité de l'EDHEC.
Research Cluster : Economie

See Also

EDHEC consolidates its position as a world-leading school for business and entrepreneurship
- 03-07-2017
Founded by entrepreneurs, EDHEC has embraced the fundamental values of business for...
Station F successfully inaugurated in the presence of Emmanuel Macron and EDHEC
- 29-06-2017
EDHEC announced this May that it had joined Station F, the world’s biggest start-up...
- 22-06-2017
Peter Daly and Dennis Davy, professors at EDHEC Business School specialised in Language...
Financial Times ranking 2017: #1 Master in Finance Worldwide
- 19-06-2017
EDHEC Business School’s Master in Finance tops the Financial Times Masters in Finance...